PUBLICITÉ

Vivre en condo : quelques pistes de réflexion

1er novembre 2016 - Par Brigitte Trudel

Habiter un condo en ville ou en banlieue : c’est le choix d’un nombre croissant de Québécois. La vie en copropriété comporte, certes, une foule d’avantages, mais aussi des particularités qui méritent d’être examinées de près.

Population qui gagne en âge, hausse des personnes vivant seules, taux hypothécaires à la baisse : toute une combinaison de facteurs a fait grimper la popularité des copropriétés au cours des récentes années. Nombreux sont ceux et celles qui sont tentés par ce style de vie. Plusieurs y associent la tranquillité d’esprit, particulièrement lorsque l’entretien d’une vaste maison est devenu trop exigeant. D’autres y voient l’occasion d’un premier investissement immobilier à coût raisonnable. Ces avantages sont réels, mais avant que vous plongiez, une bonne réflexion est nécessaire. Car le mode de vie en condo ne convient pas à chacun.

Il existe sur le marché des complexes de plus en plus luxueux, comme en témoigne cet impressionnant penthouse locatif du projet résidentiel L’Altitude de la Société immobilière du Groupe Huot.


Questions financières et non financières

Toutes proportions gardées, une copropriété revient moins chère à l’achat qu’une maison. Cela dit, il existe sur le marché des complexes de plus en plus luxueux, dont le coût peut représenter une somme considérable. Avant que vous procédiez, mieux vaut avoir une vision réaliste de votre portefeuille. Pour ne rien laisser échapper des détails applicables, vous devez absolument étudier de très près le contrat de vente qui vous est proposé : institution financière avec laquelle il vous faudra faire affaire, frais de copropriété, frais mensuels, fonds de secours, taxes municipales et scolaires… sont autant de points à considérer.

Vous hésitez entre l’achat d’un condo et sa location ? De judicieux calculs peuvent venir appuyer votre décision (voir l’encadré « Louer ou acheter votre condo »). Gardez à l’esprit que de plus en plus de condos luxueux proposant de vastes espaces se trouvent aussi sur le marché locatif.   

Êtes-vous de type condo ? Quelques pistes

  • Je suis à l’aise avec les espaces plus restreints, les pièces multifonctions, le décloisonnement, le mobilier réduit.
  • Je ne suis pas un féru de jardinage et posséder un grand terrain paysagé ne m’est pas essentiel.
  • J’ai un petit côté nomade et j’aime avoir l’esprit tranquille quand je m’absente ou que je voyage.
  • Je préfère payer pour les travaux d’entretien plutôt que d’avoir à les exécuter.
  • Me plier à certains règlements et demander des permissions ne m’incommodent pas, même quand il s’agit de rénovations ou d’aménagement de mon intérieur.
  • Mon besoin d’intimité n’est pas vital et le partage d’espaces communs (corridors, gym, ascenseurs, piscine, etc.) me convient bien.

Vous vous reconnaissez dans la plupart de ces affirmations ? Cela fait de vous un bon candidat à la vie en condo. Dans le cas contraire, l’option méritera d’être revue.

 

La plupart des condos proposent des pièces multifonctionnelles et décloisonnées. Ce condo du complexe Quartier R des Immeubles Roussin en est un bel exemple.


Vivre en condo peut impliquer certaines restrictions, comme l’interdiction d’avoir un animal de compagnie.


Une fois que vous aurez décortiqué les détails financiers, il est temps de vous attarder à la question du style de vie. Habiter un condo ou une maison présente son lot de différences dont les aspects dépassent largement la seule superficie des lieux. Pour que vous parveniez à en dresser une liste complète et à éviter les mauvaises surprises, vous devrez, ici aussi, lire avec soin le contrat de vente (ou de location) et vous informer au besoin. Puis-je installer un BBQ sur mon balcon ? Inviter des amis à la piscine ? Posséder un animal de compagnie ? Choisir mon entrepreneur en cas de travaux ? Vous ne poserez jamais trop de questions sur la réglementation ; c’est la clé de votre satisfaction.

L’exploration attentive de vos préférences individuelles joue aussi un rôle essentiel dans votre décision. Nous vous invitons donc à lire attentivement la série d’affirmations présentées dans l’encadré « Êtes-vous de type condo ? Quelques pistes  » ; celle-ci alimentera votre réflexion.


Louer ou acheter votre condo ?

Il peut être difficile d’obtenir une réponse tranchée à cette question, puisqu’elle dépend de nombreux paramètres qui risquent de varier au fil du temps, ne serait-ce que le taux d’intérêt hypothécaire et le marché de la vente des condos.

Sur le plan de la location, les frais à considérer sont moins nombreux, soit principalement le coût du loyer, la hausse annuelle, le dépôt à la location et l’assurance locataire.

Dans le cas d’un achat, le calcul du prix est plus complexe, car il implique davantage de paramètres. Outre les dépenses engagées pour l’une et l’autre des options, d’autres données sont à placer dans votre balance. Par exemple, combien d’années souhaitez-vous occuper la résidence ? Si vous comptez la revendre dans un an ou deux, la location sera plus avantageuse.

L’Autorité des marchés financiers met à la disposition des consommateurs un outil calculateur très utile pour évaluer le choix qui convient le mieux à votre situation. Le consulter vous aidera à y voir plus clair. 

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X