PUBLICITÉ

Vacances et paradoxe

8 juillet 2014 - Par Marie-Josée Turcotte

Pendant des semaines, parfois des mois, on en rêve. On planifie, on calcule, on réserve… et on attend le jour J. On se dit qu’enfin, en vacances, on aura le temps de profiter de la vie, de se la couler douce. La liste des choses que l’on souhaite faire s’allonge jour après jour, si bien qu’on en arrive bientôt à la conclusion qu’une, deux, trois ou même quatre semaines de vacances ne seront peut-être pas suffisantes pour pleinement profiter du temps qui nous est alloué.

On n’est pas encore « tombé » en vacances que déjà, on anticipe la dernière journée et le retour à la routine. On ne réalise pas qu’on gère ce temps béni comme on gère notre horaire de travail, en essayant de maximiser chaque minute, et que l’on devient ainsi « victime » de ce que j’appelle le paradoxe des vacances.

La psychologue et auteure Nathalie Parent résume bien ce phénomène dans notre article Vive les vacances - 7 conseils pour vraiment "décrocher", lorsqu’elle affirme que beaucoup de gens cherchent « à réussir » leurs vacances au lieu de tout simplement en profiter. La notion de performance étant présente partout, ou presque, dans nos vies, il n’est guère étonnant qu’elle déteigne sur notre façon de gérer nos vacances.

Résultat : nous revenons souvent de vacances insatisfaits, et parfois, encore plus « brûlés » qu’à notre départ. Parce qu’on a peu de temps devant soi, on met les bouchées doubles et on ne dort pas beaucoup.

Bien sûr, on peut revenir énergisé de telles vacances, parce qu’on a vu et fait beaucoup de choses agréables en peu de temps. On peut rentrer au boulot heureux et satisfait, avec plein d’histoires et de choses à raconter. Le paradoxe ne se trouve pas là, mais dans l’idée que les vacances, pour être parfaitement réussies, doivent être reposantes tout en étant planifiées au quart de tour. Comme si le temps ne tolérait aucun passage à vide. Comme si le fait de ne « rien faire » n’était pas, en soi, une activité.

Tout le monde a sa propre définition de ce que sont des vacances réussies. C’est donc cette définition qu’il faut analyser et peut-être revoir pour mieux en profiter. Pour ma part, des vacances réussies se résument en quatre choses essentielles : vivre du dépaysement, me réveiller quand je ne suis plus fatiguée, m’endormir quand j’ai besoin de recharger mes batteries et manger quand j’ai faim. Vive la simplicité !

 

 

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Mercredi 24 octobre 2018
Mercredi 24 octobre 2018
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X