PUBLICITÉ

Une maison qui célèbre l’ouverture et l’espace

8 décembre 2015 - Par Brigitte Trudel

Située dans la nature à Montmagny, cette demeure, ouverte sur trois niveaux et offrant une vue apaisante sur le fleuve, a de quoi faire rêver. L’idée de départ des propriétaires ? Un vaste cube ouvert et débordant de clarté.

Le projet mené par Virginie Roy-Villeneuve, maître en architecture, membre de l’équipe Steve Girard Designer, offre un résultat unique. L’inspiration cubique est bien présente, mais largement bonifiée par des jeux de volumétrie vivants et dynamiques. Et que dire de la présence capitale des fenêtres, aussi vastes que nombreuses ? Ici, on célèbre en grand l’espace et la lumière !


Gage d’un look branché et contemporain, un mélange de béton et de bois luisant deux teintes revêt l’ensemble de la maison. Son architecture unique mise sur la volumétrie grâce à une distribution harmonieuse de panneaux d’aluminium, de structures en acier et d’éléments en porte-à-faux, lesquels rehaussent les fenêtres plancher-plafond omniprésentes. Le contour foncé de celles-ci vient trancher sur le bois et le blanc, accentuant du même coup le relief de la structure.

*Zoom sur : Le garage. Vous le cherchez sur la photo ? Il est bien là pourtant, habilement camouflé ! Les propriétaires le voulaient non apparent. Il est situé à l’extrême gauche de la demeure ; sa porte a été intégrée au revêtement en bois. 


Des pièces de vie entièrement à aire ouverte : c’était un incontournable pour les propriétaires. Au cœur de la maison, l’escalier conçu en suspension avec paliers flottants contribue à cet effet wow. Monté sur limon d’acier, il dessert avec légèreté les trois niveaux de la demeure. Ses marches sont en noyer huilé, tandis que des garde-corps en filins d’acier complètent sa structure évanescente. Partout, sa zone de découpage est délimitée par des panneaux de verre, sauf en un endroit, ultraoriginal.


Remarquez le meuble-cellier : conçu pour répondre à l’exigence des trois pieds réglementaires, il joue à son tour le rôle de garde-corps dans ce passage de l’escalier. 

*Zoom sur : La mezzanine et sa structure qui délimite le découpage de l’escalier. Au fond, la multiplication des fenêtres couvre tous les plans de la bâtisse de haut en bas.


Au blanc immaculé, parfait pour mettre en valeur la lumière, on a ajouté dans la cuisine le noir et les matériaux bruts, lesquels procurent profondeur et chaleur à l’ensemble. Les armoires de thermoplastique noires et blanches cohabitent donc avec un comptoir de noyer verni, essence qui rappelle les marches de l’escalier. L’îlot en quartz, tout en brillance, compte aussi sa part de matière naturelle grâce aux pilastres de béton qui le supportent de chaque côté. Au sol, les carreaux en imitation coffrage de béton s’accordent parfaitement avec l’ensemble, en plus d’être d’une facilité d’entretien déconcertante.

*Zoom sur : L’abaisse de plafond de neuf pieds de hauteur : un changement d’échelle voulu et réfléchi par rapport à la salle manger, cela afin de souligner avec force et élégance le caractère aérien des lieux.  


Recevoir, c’est le dada des propriétaires. Pièce clé de la maison, la salle à manger a été conçue en ce sens. À partir de la magnifique table en teck, un pied de plus au minimum a été ajouté à tous les calculs de distance requis, question de maximiser l’espace de mobilité ergonomique et d’assurer ainsi le confort des convives. Et que dire de la fenestration : elle donne l’illusion d’un contact direct et privilégié avec la nature.

*Zoom sur : Le luminaire glamour choisi par les propriétaires. Il habille l’espace tout en transparence et ses tons de cuivre s’accordent parfaitement avec la chaleur du bois.


Un jeu de dénivelés au plafond est aussi mis à contribution dans le salon. Il bonifie le relief de la pièce et met en valeur le foyer au bois qui affiche un air rustique avec son chaleureux manteau de pierres naturelles. À droite de l’âtre, derrière l’écran plat et l’alcôve, se cachent tous les branchements électriques. Le gain de deux pieds en hauteur à partir de la droite du foyer permet de faire la part belle aux vastes fenêtres.  

*Zoom sur : Les tablettes verticales habilement intégrées sur le côté droit du foyer. Elles tiennent lieu de bibliothèque sans encombrer l’espace.


Communiquant avec un vaste walk-in et avec la chambre principale, la salle de bains a été dessinée dans le souci de réinventer la disposition classique des sanitaires. Située en retrait, la cuvette est séparée de la douche par une plaque de verre qui se prolonge en L derrière le bain autoportant. Au sol, l’alternance de céramique, lustrée et mate, découpe les différentes zones, tout en multipliant la luminosité. Ces mêmes carreaux recouvrent la douche, idéalement située entre les larges fenêtres. Les lavabos vasques sont déposés sur un comptoir qui rappelle celui de la cuisine, tandis que des encastrés reflètent leur lumière au sol, sous le meuble-lavabo, pour accentuer son aspect « meuble flottant ». 

*Zoom sur : Le décroché aménagé à mi-hauteur du mur, depuis la gauche de l’entrée jusqu’au-dessus de la cuvette. En plus de servir de tablette, il ajoute du relief à ce coin de la pièce.

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 27 au 30 juin 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X