PUBLICITÉ

Un hommage à la féminité

7 septembre 2015 - Par Nancy Ricard, designer d’intérieur, Un Fauteuil Pour Deux

Ultraféminine, amoureuse de la décoration, la propriétaire de cette maison et son conjoint voulaient s’offrir le décor d’une vie sans compromis : c’est le projet que j’ai réalisé avec sa complicité. Résultat ? Un intérieur qui respire le raffinement et l’élégance sans être guindé grâce à une généreuse dose d’authenticité couplée à quelques éléments champêtres.

 

Je m’appuie souvent sur un beau papier peint comme point de départ d’une conception. Le ton mat de celui-ci est apaisant, alors que ses fleurs en mouvement vers le haut avec détails métallisés apportent de la vitalité. Pour rehausser ses accents plus foncés, on a peint les lambris couleur taupe. L’habillage de fenêtre, auquel j’ai ajouté une passementerie de soie, est sans contredit recherché. Côté gauche, c’est un voilage de lin à fine rayures. Côté droit (voir la prochaine photo), une tenture de coton ivoire. Même différence complémentaire dans les imprimés des fauteuils du salon en face. J’ai choisi le canapé multicoussins et la carpette en boucle de laine gris-bleu pour leur allure décontractée.

*Zoom sur : Le buffet servant de meuble télé. Il permet de maximiser l’espace et de l’adoucir grâce à ses motifs de métal en cercle et sa forme en demi-lune.


J’ai travaillé la salle à manger en écho avec le salon. Mon papier peint coup de cœur s’y prolonge et l’habillage de fenêtre y est identique. Pour ce qui est des formes ovales de la table, du miroir et de l’abat-jour de soie, elles étaient les plus adéquates pour dégager l’espace.

*Zoom sur : La carpette de laine. Je l’ai choisie pour son histoire et pour sa grande beauté. Elle est fabriquée à partir de carpettes centenaires lavées, brossées et rasées, puis cousues en patchwork. Un legs du passé remis au goût du jour : quoi de plus authentique !


 

J’ai travaillé la cuisine en connexion avec la nature additionnée d’un trait campagnard. D’où le choix des poignées en fer forgé pour les armoires en merisier laqué d’un brin rustique. J’ai complété avec d’autres matériaux : granit pour le comptoir, céramique au sol et au mur, cette dernière comportant une touche de verre. Parce que le rez-de-chaussée est à aire ouverte, j’ai fait le choix de coloris qui s’accordent avec ceux du salon et de la salle-à-manger. L’habillage de fenêtre, avec ses papillons brodés, est un autre élément « nature » de cette pièce.

*Zoom sur : Les miniganses queue de rat que j’ai conçues pour attacher le tissu brodé papillons à son pôle, question de mettre en valeur la féminité.


Donner du caractère, même aux toutes petites pièces : c’est un défi que j’adore ! Dans cette salle d’eau, les tons neutres, les niches et le mouvement circulaire dans le motif du papier peint augmentent l’impression d’espace.

*Zoom sur : Les carreaux de céramique. Leurs coloris sable, gris et bleutés rehaussent le décor.


 

Dans la chambre de mademoiselle, j’ai opté pour le rose qu’elle adore : couvre-lit douillet, tentures de coton. Puis, inspirée par le papier peint à motifs fleuris, j’ai mis à contribution le mauve comme pour le lit fait sur mesure. Toujours à partir du papier peint, j’ai marié la brillance des sillons argentés qu’il contient à la suspension en papilles de verre. Un éclairage digne d’une vraie princesse.

*Zoom sur : La passementerie que j’ai ajoutée à l’habillage des fenêtres. Elle est faite de petites billes de verre… roses, bien sûr !


Accueillante et confortable tout en étant super raffinée : voilà l’idée de la chambre principale. À partir du papier peint de soie végétale aux textures lignées à l’horizontale, je l’ai déclinée sous la palette des lilas. En témoignent la très belle tenture décorative et le pied de lit fabriqué dans le même tissu que les coussins. Les reflets ocre de la tête de lit et du store romain agissent comme un complément chaleureux. Ici aussi, je n’ai pas oublié la touche féminine : voyez l’oiseau qui décore les lampes posées sur les tables de chevet en bois blanc.

*Zoom sur : La finition de la literie. Remarquez la frise du piqué blanc, les ganses de soie lilas sur les taies d’oreiller. Ces détails, il me semble, font souffler un vent de Provence.


 

Créer des liens entre les pièces est un must en décoration. Reconnaissez-vous, dans la salle de bains principale, les rappels avec des éléments déjà mentionnés ? La couleur taupe du papier peint, dont les motifs grimpants intensifient l’effet de hauteur. Le rose du store romain. Le merisier de la vanité et du caisson du bain. C’est ce même matériau qui recouvre le sol de la maison. Jetez aussi un regard sur la douche, que j’ai voulue en transparence : sa zone est délimitée par une retombée de plafond. Enfin, les étoiles sur socle et l’encadrement de coquillages amènent une touche marine incontournable.

*Zoom sur : La mosaïque de verre autour du bain. Elle protège le papier peint et offre un joli coup d’œil sans contraster avec l’ensemble du décor.


J’ai opté pour la douceur dans la chambre d’invité. Le papier peint ton sur ton avec ses gros bouquets assure un esprit calme et aérien. J’ai prolongé cette impression avec la literie rose bébé. Sa matière, le lin froissé, apporte à la pièce juste ce qu’il faut de bohème. Les tentures sont également en lin naturel. Quant à la tête de lit capitonnée, elle ajoute un effet de volume et de moelleux tout en offrant une touche d’élégance toute contemporaine.

*Zoom sur : Le pied de lit en poils de lapin. Le nec plus ultra de la douceur !


*Propos recueillis par Brigitte Trudel / Photos : Jessy Bernier

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X