PUBLICITÉ

Tendances 2019 en soins de beauté - Un nouveau souffle de jeunesse

21 février 2019 - Par Gilles Levasseur

Avec ou sans chirurgie, la médecine esthétique a beaucoup évolué au cours des dernières années. Des experts nous dévoilent les avancées dans leur domaine respectif ainsi que les nouveaux traitements en vogue.

Laser, radiofréquences et PRP : outils de rajeunissement

Ce n’est pas d’hier que le laser et la radiofréquence servent à redonner un nouveau souffle de jeunesse à la peau. Même la technique consistant à réinjecter dans la peau d’une personne son propre plasma sanguin riche en plaquettes (PRP) remonterait à 1968 en Allemagne. La nouveauté réside dans le fait que ces technologies ont atteint un niveau de sophistication qui en accroît l’efficacité et en étend la gamme d’applications en matière de rajeunissement. Levons le voile sur quelques-unes d’entre elles.

La lumière intense pulsée

JPEG - 384.8 ko

Précisons d’entrée de jeu que de nos jours, les gens qui souhaitent renverser le cours des ans tiennent de plus en plus à ce que les technologies auxquelles ils ont recours n’altèrent pas trop leur apparence jusqu’à y perdre leur identité. Ils veulent avoir l’air en santé et bien dans leur peau. Cela dit, la technologie la plus répandue pour traiter les imperfections de la peau est la lumière intense pulsée (IPL). Mais alors qu’il fallait auparavant un certain nombre de séances pour obtenir le résultat souhaité, l’évolution technologique permet d’y arriver en quelques interventions seulement. L’IPL est aussi capable de stimuler des fibroblastes.

La radiofréquence

Une autre technique est basée sur l’utilisation de la radiofréquence en esthétique. Il s’agit d’ondes électromagnétiques à très hautes fréquences qui, en réchauffant le tissu sous-cutané, entraînent une rétraction des fibres de collagène et, par le fait même, une nouvelle production. La peau sera retendue et plus ferme. Certains appareils de nouvelle génération, comme le Fractora de la compagnie Inmode que propose la clinique MP Medic de Michèle Piuze, combinent la radiofréquence et la mésothérapie (microaiguilles). « Certains appareils utilisent même le laser, l’IPL et la radiofréquence en même temps », précise Mme Piuze, technicienne médicale.

Effacer les tatouages

JPEG - 458.8 ko

D’ailleurs, sa clinique de la rue Maguire est probablement encore la seule à Québec à offrir le PicoSure®, premier laser picoseconde au monde, qui parvient à effacer beaucoup plus rapidement qu’avant les tatouages. « Ce laser extrêmement rapide, que je possède depuis deux ans, fait éclater un pigment d’encre en mille morceaux plutôt qu’en quelques-uns, ce qui permet de réduire de beaucoup le nombre de séances nécessaires à la disparition d’un tatouage », explique Mme Piuze.

« Ce laser extrêmement rapide, que je possède depuis deux ans, fait éclater un pigment d’encre en mille morceaux plutôt qu’en quelques-uns, ce qui permet de réduire de beaucoup le nombre de séances nécessaires à la disparition d’un tatouage. » - Michèle Piuze de la Clinique MP Medic

Traiter les problèmes féminins intimes

La clinique MP Medic dispose également, depuis moins d’un an, d’un appareil révolutionnaire qui traite les problèmes féminins intimes consécutifs à une grossesse ou à la ménopause — tels que la sécheresse et le resserrement vaginaux — ainsi que la descente de vessie. « Il s’agit du même principe de chaleur induite par la radiofréquence, mais cette fois appliquée à l’intérieur, afin de remodeler thermiquement les tissus et organes génitaux, précise Michèle Piuze. Cette solution est particulièrement utile pour les femmes à qui les hormones sont interdites en raison d’un épisode de cancer. »

Comme quoi l’évolution technologique n’a pas fini de nous étonner…


Le rajeunissement du visage par injections : beaucoup d’évolution en une décennie

Qui n’a pas vu à la télé ou sur le Web ces visages déformés ou figés à la suite d’injections de neuromodulateurs ou d’agents de comblement ? Selon le Dr Frédéric Simard, de la clinique de médecine esthétique qui porte son nom, cette réalité n’a plus sa raison d’être aujourd’hui, tellement l’approche a évolué depuis une décennie. Harmonie des traits et apparence naturelle sont au rendez-vous.

JPEG - 480.5 ko

Une approche plus globale

Il n’y a pas si longtemps, les traitements comportaient de hautes concentrations de produits et ciblaient des zones précises, particulièrement le haut du visage, avec des effets qui manquaient de naturel. Aujourd’hui, l’approche est plus globale, tenant d’abord compte de la physionomie de chaque client et utilisant un dosage minimal couvrant l’entièreté du visage afin de réharmoniser les traits et retendre la peau.

« Avec les injections, nous repositionnons le volume de façon stratégique, en insistant dorénavant sur les côtés, ainsi que derrière la mâchoire, plutôt que de combler simplement les rides, d’où un résultat beaucoup plus naturel, explique le Dr Simard. Par exemple, au lieu de ne traiter que les rides autour de la bouche, les injections sont pratiquées dans la zone élargie comprenant les lèvres ainsi que les plis nasogéniens. Le clinicien doit donc, en plus de ses connaissances et de son expérience, développer son œil artistique, étant donné que chaque personne est différente et a des attentes distinctes. L’objectif est que le processus de rajeunissement soit très subtil, mis à part le fait d’avoir l’air plus reposé et en santé. C’est ce que les gens recherchent avant tout. »

Un traitement simplifié

L’évolution des techniques contribue aussi à simplifier les traitements. Ainsi, la science a développé un cathéter qui se glisse sous la peau, à partir d’une ouverture faite à l’aide d’une aiguille, pour y injecter des agents de comblement, notamment de l’acide hyaluronique. Son extrémité arrondie épargne les vaisseaux sanguins et les tissus, mais fractionne les fibres de collagène afin de stimuler leur régénérescence et entraîner un resserrement cutané. « Le dispositif se déplace ainsi sous la peau, ce qui permet de traiter jusqu’à une moitié du visage, une zone qui requérait auparavant un bon nombre d’injections », précise le Dr Simard.

« Beaucoup d’hommes souhaitent accroître leur assurance, surtout dans le monde des affaires. Nous réussissons à leur redonner fière allure. Pourquoi ne pas en profiter ? » - Dr Frédéric Simard. M.D.

La biostimulation

Une autre technique, la biostimulation, favorise également la production de collagène par l’injection dans la peau de plasma riche en plaquettes (PRP) prélevé sur le client au moyen d’une prise de sang. Le médecin est aussi l’un des premiers au Québec à combiner le traitement de régénération à l’utilisation de plasma riche en fibrine pour plus d’efficacité. Cette solution est appréciée des personnes souhaitant éviter l’introduction de substances étrangères dans leurs tissus ou qui n’ont pas besoin d’agents de comblement, mais qui veulent ralentir tout simplement les effets du temps en profitant de traitements préventifs. Il existe même un produit injectable qui dissout la graisse sous-cutanée, notamment dans la région sous-mentonnière.

Pas seulement une affaires de femmes

JPEG - 430.4 ko

Mentionnons enfin que la médecine esthétique attire un nombre grandissant d’hommes, pour qui une approche différente — pour des résultats plus « masculins » — est mise de l’avant. « Beaucoup d’hommes souhaitent accroître leur assurance, surtout dans le monde des affaires, conclut le Dr Simard. Nous réussissons à leur redonner fière allure. Pourquoi ne pas en profiter ? »


Chirurgie plastique : ne chassez pas le naturel !

Peut-être une conséquence de ces images de transformations plastiques trop radicales dont foisonne la Toile, surtout chez les célébrités, la tendance de fond en matière de chirurgie esthétique se traduit par le mot d’ordre « préserver le naturel ». On cherche à rajeunir, à tonifier et à corriger certains signes du passage des années, certes, mais pas au prix de renier qui nous sommes.

JPEG - 385.1 ko

Zoom sur le visage

Le phénomène s’observe principalement dans le cas d’interventions touchant le visage, qu’il s’agisse de chirurgies plastiques ou d’injections de neuromodulateurs et d’agents de comblement. Les spécialistes font donc preuve de beaucoup de prudence lorsqu’ils corrigent la physionomie. À la Clinique de chirurgie plastique et esthétique de la Grande Allée, les médecins qui pratiquent les injections parviennent même, grâce à leur connaissance de l’anatomie et des proportions, à estomper sur un visage une allure sévère ou triste pour y insuffler davantage de douceur par exemple. « Nos interventions se marient au côté artistique de notre profession, illustre la Dre Livia Montalin, ce qui donne des résultats très intéressants, avec ou sans intervention chirurgicale. Il y a des gens qui ont toujours l’air fatigués, mais qui ne le sont pas en réalité. Nos corrections leur permettent donc de refléter davantage qui ils sont vraiment. »

« Nous corrigeons régulièrement les bas de visage relâchés, ce qui redéfinit la ligne de la mâchoire pour obtenir une impression de jeunesse et de santé. L’important, c’est de viser un résultat naturel. Voilà pourquoi la clientèle choisit de venir nous rencontrer et nous accorde toute sa confiance. » - Dre Livia Montalin de la Clinique de chirurgie plastique et esthétique de la Grande Allée

Remodeler la silhouette

JPEG - 286.6 ko

Une partie importante de la clientèle de la clinique se recrute chez les jeunes mères qui veulent retrouver une silhouette modifiée par une ou plusieurs grossesses, surtout pour ce qui est des seins et de l’abdomen, ou encore à la suite d’une perte de poids importante. Les Dres Montalin et Isabelle C. Gagnon sont également associées au Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia de l’hôpital Saint-Sacrement, où elles exercent une journée par semaine parallèlement à leur pratique privée.

La chasse aux poignées d’amour

La lipoaspiration est toujours très en vogue, et la clientèle masculine est en progression à cet égard, les « poignées d’amour » étant en haut de la liste des corrections souhaitées. Les hommes sont également de plus en plus ouverts à recourir à la chirurgie des paupières et aux facelifts, notamment le remodelage du cou, car cette partie répond moins bien aux injections. « Nous corrigeons régulièrement les bas de visage relâchés, ce qui redéfinit la ligne de la mâchoire pour obtenir une impression de jeunesse et de santé, précise la chirurgienne. L’important, c’est de viser un résultat naturel. Voilà pourquoi la clientèle choisit de venir nous rencontrer et nous accorde toute sa confiance. »

NOS TROIS SPÉCIALISTES

- MP Medic - Clinique laser & médico-esthétique

- Clinique Dr Frédéric Simard

-  Clinique de chirurgie plastique et esthétique de la Grande Allée

PUBLICITÉ
X