PUBLICITÉ

Les tendances en aménagement paysager en 2011

28 janvier 2011 - Par Patrice Bélanger, agronome, horticulteur

Voici les nouvelles tendances qui influenceront la prochaine année en matière d’aménagement paysager.

C’est IN

1. La pierre naturelle

Taillée ou non, la pierre naturelle jouit toujours d’un statut privilégié. Ses qualités en font le choix de prédilection pour les sentiers piétonniers, les patios et les murets. La pierre est un matériau noble, durable et qui vieillit très bien. Elle est aussi très esthétique et son utilisation permet à l’architecte du paysage de développer des concepts en parfaite harmonie avec le milieu naturel.

2. L’aménagement sans entretien

Les plantes indigènes sont un excellent choix lorsqu’on désire minimiser le temps consacré à l’entretien du jardin, car elles résistent généralement mieux à la sécheresse, au gel et aux parasites. Par ailleurs, remplacer la pelouse par des couvre-sol est un choix judicieux si l’on souhaite éliminer la tonte.

3. L’utilisation sur trois saisons

Les propriétaires souhaitent utiliser leur aménagement extérieur le plus longtemps possible durant l’année, et plusieurs éléments permettent d’y parvenir.

  • D’abord, l’auvent rétractable. Celui-ci possède des bras articulés, qui sont fixés au mur de la maison. Vous pouvez y ajouter des rideaux ou des moustiquaires. La toile de l’auvent empêche ainsi le soleil de plomber sur la terrasse, tandis que les rideaux réduisent considérablement le refroidissement.
  • Depuis quelques années, le foyer au gaz a aussi beaucoup gagné en popularité. Il rassemble les invités, crée une atmosphère feutrée et réchauffe les usagers. À l’achat, assurez-vous de choisir un appareil réglable, facile à allumer et sécuritaire. Vérifiez toujours les règlements municipaux avant d’en faire l’acquisition.

4. Le retour en force des pots de fleurs

À l’instar des ornements de jardin, l’intégration stratégique de plantes en pot peut augmenter l’intérêt et attirer le regard vers une zone d’ombre, renforcer l’ambiance ou créer un effet de surprise. On utilise une succession de pots pour créer des points de mire en chaîne, étayer une perspective, ponctuer et organiser l’espace. Les pots servent aussi à démarquer les niveaux.
L’utilisation de pots disposés çà et là fait le lien avec le reste du jardin. Une urne peut devenir un véritable centre d’intérêt. Un groupement de pots permet de s’entourer d’une profusion de végétaux ou d’embellir un mur. Les éléments fixes, comme les escaliers, les dallages, la forme de la terrasse ou du patio inspirent le nombre, le style et l’emplacement des pots. L’utilisation de contenants permet aussi de faire de nouvelles expériences et de créer des scènes différentes en fonction des saisons, des années ou des tendances. On constate également une popularité croissante de l’emploi de grandes plantes tropicales, de vases de grandes dimensions et de bacs remplis de plantes alpines, de plantes grasses, de Sedum et de Sempervivum, lesquelles requièrent un minimum d’entretien et d’arrosage, totalement en accord avec le jardin écologique.

5. L’aménagement épuré

La répétition d’une forme, d’une texture ou d’une couleur permet d’obtenir l’effet de continuité essentiel à l’unité du jardin. En réutilisant, à intervalles réguliers, une plante dont les caractéristiques sont simples mais frappantes, on ajoute du rythme à l’aménagement. Cette répétition a aussi pour effet de lier les différentes parties du jardin et de créer une ambiance soutenue.

6. Les graminées

Enfin, les graminées, comme les Calamagrostis, Deschampsia, Helictotrichon, Miscanthus, Panicum, Pennisetum…, apportent au jardin une touche de douceur et de souplesse et, par leur mouvement, une impression d’énergie. Leurs fruits attirent les oiseaux, et les tiges florales garnissent agréablement les jardins, particulièrement à l’automne et durant l’hiver. On peut les associer aux annuelles, aux vivaces, aux arbustes et aux conifères. Les possibilités sont de plus en plus nombreuses, à mesure que nous apprenons à les connaître.

C’est OUT

1. Le bois traité perd beaucoup de sa popularité en aménagement. Il est de plus en plus remplacé par le cèdre rouge et le cèdre blanc. Ce sont des matériaux chaleureux, durables et qui demandent peu d’entretien. Ils sont surtout utilisés pour les balcons et les terrasses, ou là où le poids est un obstacle. Ils servent également à construire les structures décoratives verticales, telles que tonnelle, pergola et pavillon, qui procurent ambiance, style, support et ombre.

2. Les pesticides ne doivent plus être utilisés dans nos jardins. La plupart des techniques de base du jardinage écologique constituent des mesures préventives contre les infestations de ravageurs. On pense maintenant plutôt à :

  • La fertilisation écologique. Une plante nourrie avec du compost et un engrais naturel est beaucoup moins parasitée que celle fertilisée avec un engrais de synthèse.
  • La rotation des cultures. En appliquant cette méthode, on brise le cycle de vie de certains ravageurs, et elle aide à prévenir les déséquilibres minéraux du sol, cause importante du parasitisme.
  • La diversité du milieu. L’implantation d’une grande variété de végétaux contribue à brouiller le système de guidage des insectes.
  • Le taux d’humidité du sol. Les carences, tout comme les excès d’eau, ouvrent la voie au parasitisme. Assurez-vous d’une bonne irrigation régulière ou appliquez un paillis végétal afin de conserver un taux d’humidité plus constant.

Saviez-vous que…

Un seul arbre de grandeur moyenne, en plus d’absorber 12 kilos de gaz carbonique par an, rejette l’oxygène nécessaire à la vie d’une famille de 4 personnes pendant la même période.

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 27 juin au 2 septembre 2018
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X