PUBLICITÉ

Sans tambour… ni casserole

7 juin 2012 - Par Pierre Paul-Hus

Je l’avoue d’entrée de jeu : je ne me laisse pas facilement émouvoir. Je suis plutôt du genre pragmatique, qui examine froidement les choses. Or, lorsque l’homme d’affaires Guy Boutin m’a approché, voilà quelques semaines, afin de m’inviter à devenir l’un des ambassadeurs pour la Maison Le Petit Blanchon, un centre qui héberge et prend soin de petits enfants « maganés » par la vie, je me suis laissé prendre par les sentiments et je n’ai pu faire autrement que d’accepter de m’impliquer, même si mon horaire est déjà surchargé. Comment rester indifférent devant le sort des êtres les plus vulnérables de notre société ? Quand on est soi-même père de deux jeunes enfants, le pragmatisme en prend pour son rhume !

C’est un fait : nous voulons tous, à des degrés divers, changer le monde dans lequel nous vivons, le rendre plus juste et plus agréable. Cela m’amène à vous parler de la différence fondamentale qui existe, selon moi, entre « s’impliquer » pour une cause et « manifester » pour celle-ci. Par définition, la manifestation se veut un rassemblement sur la place publique afin d’exprimer un mécontentement. C’est visible et souvent bruyant. Tandis que l’implication découle d’une volonté tout aussi forte de changer les choses, mais elle se fait plus discrète, souvent en coulisse, sans tambour… ni casserole.

Pour ma part, j’ai choisi de « m’impliquer » afin que des enfants victimes d’abus et négligés aient droit à un meilleur départ dans la vie. Vous ne me verrez pas aller brandir une pancarte dans la rue pour contester contre les parents agresseurs et négligents ou pour attirer l’attention du gouvernement et le sommer de resserrer les lois contre les pédophiles. Je n’ai rien contre les gens qui font du bruit pour se faire entendre. Parfois, il le faut. Mais ne sous-estimons pas l’impact qu’a le travail sous-terrain de ces milliers de personnes qui, comme moi, donnent de leur temps – du temps que, bien souvent, elles n’ont pas – pour faire reculer la maladie, la pauvreté ou l’injustice. Très peu de gens les voient et les entendent, mais elles font bouger les choses, parfois beaucoup plus vite et beaucoup plus efficacement que les militants visibles et bruyants.

Ce sont précisément ces travailleurs dans l’ombre que PRESTIGE continuera d’épauler dans leurs efforts en mettant en valeur leurs initiatives. À chacun sa manière de changer le monde !

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 15 au 23 novembre 2019
Du 26 au 27 novembre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X