PUBLICITÉ

Résidence de rêve au lac Saint-Joseph

5 octobre 2015 - Par Marie-Josée Turcotte

À n’en point douter, cette résidence s’apparente à un véritable palais. Quel que soit l’endroit où se posent nos yeux, il se trouve quelque chose hors de l’ordinaire et hors des normes, tant dans le choix des matériaux, des objets décoratifs et de l’ameublement que dans tous ces menus détails de réalisation qui classe ce chef-d’œuvre de l’architecture dans une catégorie à part. Bienvenue dans l’univers de Berthiaume Constructif.

Il aura fallu trois ans pour édifier cette demeure digne d’un conte de fées. Le résultat est époustouflant ! Grâce à la mezzanine, il se dégage une impression d’immensité, rehaussée par une imposante fenestration qui s’étire du plancher au plafond, ce dernier étant situé à plus de 21 pieds. C’est sur cette toile de fond immaculée qu’on a créé cette atmosphère distinctive, aussi chaleureuse que prestigieuse.

Zoom sur : La poutre et sa colonne d’inspiration industrielle. Celle-ci agit comme un élément décoratif qui se conjugue harmonieusement avec le plancher de noyer lustré et le mur en plaque de noyer 3D situé derrière l’escalier, lequel apporte un relief agréable au décor. Avez-vous remarqué le cellier qui paraît soutenir la mezzanine ? Il crée, en quelque sorte, une plaque tournante entre les différentes pièces.


 

Cette perspective, du haut de l’escalier, est d’une beauté saisissante. Remarquez, à droite de la fenêtre, le mur de céramique blanc à l’effet vagué. Il accueille non pas un, mais deux foyers : un au gaz et l’autre au bois. Au-dessus des foyers se trouve un téléviseur à écran géant, et au-dessus de cet écran, une tranche d’arbre en bois de baobab qui s’affiche telle une œuvre d’art.

Zoom sur : La prodigieuse suspension qui se trouve au-dessus du piano à queue. Ses reflets dorés et son allure vintage ajoutent une touche royale à l’ensemble. 


 

D’une élégance incontestable, cet escalier tout en rondeur est une œuvre sculpturale en soi. Remarquez la main courante qui file le long de la mezzanine, celle-ci affichant déjà ses jolies courbes, avant de se déployer de manière évasée vers le rez-de-chaussée, dessinant une forme sinueuse de son côté le plus long. L’amalgame on ne peut plus chic du bois de noyer texturé avec le fer ornemental s’agence très bien dans ce décor classique aux accents modernes.


 

Cette cuisine n’a rien de banal non plus, comme en témoignent son comptoir « coup de cœur » en bois de baobab (dont le rappel se trouve dans le salon, au-dessus des foyers) et ses chaises assorties. Remarquez également les suspensions qui, tels des glaçons noirs, descendent au-dessus du comptoir.

Zoom sur : La retombée de plafond rétroéclairée. Le soir venu, elle crée une ambiance magique. D’ailleurs, il faudrait un reportage complet uniquement pour expliquer l’utilisation de l’éclairage et de la domotique intelligente dans cette demeure sublime le jour et éblouissante la nuit.

 


Ici, le raffinement côtoie la fonctionnalité. Immenses comptoirs en granit et bloc de boucher trois surfaces pour l’aspect pratique, et armoires en laque italienne pour la touche glamour

Zoom sur : Les deux immenses portes du réfrigérateur qui se trouvent à gauche de l’îlot central. Non seulement l’électroménager est-il judicieusement camouflé, mais ses poignées ultrachics sont agrémentées de cristaux de Swarosky, un détail subtil et luxueux disséminé à quelques endroits dans la demeure.


 

Adjacente à la cuisine se trouve cette autre cuisine d’appoint : l’espace « traiteur » par excellence ! Elle comporte tous les appareils électroménagers utiles pour préparer les victuailles lors de réceptions.


 

Cette demeure mérite une note parfaite pour le choix de son ameublement, toujours d’une élégance et d’une originalité remarquables. La plupart des meubles et des objets décoratifs sont d’ailleurs des importations. Tout comme les poignées du réfrigérateur, les dossiers des huit chaises qui encadrent la table sont sertis de pierres de Swarosky.

Zoom sur : La suspension au-dessus de la table carrée. Ici encore, sa forme et sa dorure apportent une touche vintage au décor.


 

Ce ne sont pas les coins détente qui font défaut dans cette demeure ! Celui-ci est particulièrement apprécié puisque, d’un côté, il permet d’admirer la vue extérieure par les immenses baies vitrées, et de l’autre, il offre un coup d’œil privilégié en direction du hall et de son majestueux escalier.


 

Une chambre et une salle de bains principales en parfaite communion : voilà ce qu’est parvenu à créer l’idéateur de cette demeure, chaque espace ayant été soigneusement pensé en fonction du mode de vie et des déplacements logiques. À titre d’exemple, l’immense walk-in, qui se trouve de l’autre côté de la salle de bains, comprend un détecteur de mouvement. Comme dans toutes les pièces, l’éclairage s’allume au moment où les occupants y entrent. Après le walk-in se trouve une grande buanderie.

Zoom sur : La fenestration horizontale en haut du mur qui s’étend de la chambre à l’espace buanderie. Elle apporte un supplément de lumière naturelle.


 

À l’instar de l’ensemble de cette résidence, la douche de forme arrondie est d’une grandeur hors norme, tout comme les pommes de douche pluie, au nombre de deux, et les carreaux de céramique au plancher. Nous sommes dans l’univers des extras !

Zoom sur : Les murs vitrés qui se trouvent de chaque côté du mur de briques et de son foyer deux faces. Ils permettent de rester en lien avec la salle de billard, qui se trouve du côté mezzanine. Et que dire de la vue extraordinaire sur le lac Saint-Joseph, celle-ci pouvant être admirée à partir du balcon. Ajoutez quelques palmiers et nous sommes dans les Antilles.

 


 

De quel format est ce lit, selon vous ? King ? Extra king ? En réalité, il a été conçu sur mesure et est d’une largeur de 100 pouces ! Remarquez sa superbe tête de lit en cuir blanc et son caisson en bois d’un brun chocolat chaud, dont le rappel au-dessus de la tête de lit vient enrober la pièce. Tout dans cette chambre inspire le repos, y compris cet immense tapis crème aux motifs vagués et ses rideaux de même teinte.

Zoom sur : L’éclairage qui fait le tour du caisson. Il donne l’impression que le lit flotte au-dessus du sol. 


 

À la mezzanine se trouve cet espace-bar avec table de billard et séjour qui s’ouvre également sur un balcon côté lac. Le royaume du jeu et de la détente !

Ici encore, le plancher de noyer s’étend sur presque tout l’étage, miroitant sous la lumière du jour. 

Zoom sur : Le muret rétroéclairé en surface solide qui illumine le côté dominant du bar. Imaginez la lumière qu’il diffuse à la tombée du jour…


 

Avez-vous remarqué la retombée de plafond, dont la longueur est identique à celle de l’épais comptoir en granit noir ? En plus de proposer un design très contemporain, elle sert de support d’éclairage, accueillant une suspension des plus originales.


 

Il aurait fallu beaucoup plus d’espace dans ce magazine pour rendre justice à cette résidence unique en son genre. En effet, ce « palais princier » n’est pas seulement gigantesque (plusieurs pièces n’ayant pu être présentées), il est d’une sophistication exceptionnelle et d’une ingéniosité recherchée. Le constructeur, Ubal Berthiaume, souhaitait que la lumière du jour puisse la traverser de bord en bord et que l’éclairage de nuit rehausse d’autant plus sa beauté. À n’en point douter : c’est mission accomplie !


 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 13 au 17 décembre 2017
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X