PUBLICITÉ

Québec et ses villes jumelées

2 novembre 2015 - Par Johanne Martin

Bordeaux, Calgary, Namur, Lafayette, Moncton : Québec s’affiche plus que jamais comme une cité ouverte sur le monde. Diplomatiques, économiques, culturelles, technologiques et linguistiques : les relations que la capitale cultive avec d’autres villes de la planète sont multidimensionnelles et valent leur pesant d’or. 

Elles vont, elles viennent et se renouvellent selon les maires, les réalités et les intérêts des villes concernées. Ententes de coopération, alliances et collaborations, elles représentent surtout « une occasion d’échange de bonnes pratiques et de réseautage », selon la mairesse suppléante de Québec et conseillère du district de Louis-XIV, Michelle Morin-Doyle.

Québec s’affiche plus que jamais comme une cité ouverte sur le monde.

En compagnie de la responsable du dossier Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique, PRESTIGE vous propose ce mois-ci un tour d’horizon de cette initiative qui a officiellement vu le jour le mois dernier. Mais d’abord, coup d’œil sur les liens qu’entretient la capitale avec ses désormais célèbres jumelles, Bordeaux, Calgary et Namur.

 

Québec – Bordeaux 

Des cousines devenues jumelles

Elles ont en commun une architecture et une histoire riches, la présence d’un fleuve et de symboles forts tels que le Château Frontenac à Québec et le miroir d’eau à Bordeaux. Il y a quelques années, la journaliste Claude Ader-Martin et le photographe Philippe Roy suggéraient d’ailleurs de découvrir les deux villes en parallèle par l’entremise d’une publication inédite : Passeport pour Bordeaux Québec. Regards croisés sur les deux cités.

Bordeaux fête le vin… à Bordeaux ! - Photo : Jean-Michel Destang


Les rapports entre Québec et Bordeaux, cousines devenues jumelles en 1962, se sont longtemps limités à quelques manifestations diplomatiques. À partir de 1986, la mise sur pied d’un comité a permis de dynamiser la relation québéco-bordelaise grâce au développement de contacts et d’échanges toujours plus nombreux et diversifiés. Et depuis le 400e anniversaire de la Vieille Capitale, les liens se sont encore resserrés.

« Le public peut constater la proximité qui existe entre les deux villes à travers le rendez-vous estival Bordeaux fête le vin, événement phare des festivités entourant le 50e anniversaire du jumelage qui se déroule à l’Espace 400e. Composé d’une foule d’activités d’animation, de dégustations et de spectacles d’artistes, il se tient maintenant chez nous aux années impaires et à Bordeaux aux années paires », rappelle Mme Morin-Doyle.   

À Québec, Bordeaux fête le vin est l’événement phare des festivités entourant le 50e anniversaire du jumelage entre les deux villes. - Source : Ville de Québec


En août, alors qu’une importante délégation bordelaise était à Québec, un nouveau plan d’action a été conclu entre les deux agglomérations. Pour 2015-2017, le programme de coopération sera principalement placé sous le signe du développement économique et touristique, de l’industrie du numérique et de l’entrepreneuriat, de la jeunesse et du sport, des activités culturelles, de même que du développement durable.

 

Québec – Calgary 

Un rapprochement entre l’Est et l’Ouest

Peu de gens savent que des francophones sont à l’origine de la fondation de Calgary et que dans la métropole albertaine, quelque 80 000 personnes parlent encore la langue de Molière. Derrière ce jumelage qui date de 1956 – le plus ancien signé par Québec – s’exprimait à l’époque une volonté de favoriser un rapprochement entre l’Est et l’Ouest du Canada, rapprochement qui se voulait à la fois culturel et social.

Calgary, Canada - Photo : Tourisme Calgary


« Chaque année, une délégation de Québec se déplace au Stampede de Calgary et de notre côté, nous recevons la visite de représentants de l’Alberta lors du traditionnel déjeuner western du Stampede offert dans le cadre du Carnaval de Québec », illustre la mairesse suppléante. « Et sur le boulevard Champlain, la sculpture qui montre huit chevaux en train de galoper constitue un don de notre jumelle canadienne pour le 400e. »

La Ville de Québec a dévoilé, en juillet dernier, le legs offert à la Ville de Calgary : un kiosque à musique, sis sur la promenade riveraine de Fort Calgary. - Photo : Ville de Calgary


Québec a récemment rendu la pareille à son homologue en lui faisant cadeau, pour le 100e anniversaire de son Stampede, en 2012, d’un pavillon destiné à accueillir des prestations culturelles. Retardés en raison des inondations, les travaux devraient être terminés en juin prochain. Le pavillon musical prendra la forme d’un belvédère circulaire et sera situé à proximité des berges de la rivière Bow, entre le East Village et Fort Calgary.

Pour le 400e de la ville de Québec, la ville de Calgary a offert cette sculpture que l’on peut admirer en bordure du boulevard Champlain - Photo : Ville de Québec

La même sculpture se trouve au centre-ville de Calgary. - Source : brooklinepr.com


Les villes de Québec et de Calgary souhaitent dans l’avenir pousser plus loin leur jumelage en insistant davantage sur des partenariats à caractère économique. À cet égard, les agences de développement Calgary Economic Development et Québec International ont reçu le mandat de travailler sur ce nouvel axe de collaboration. À ce moment-ci, aucune initiative concrète n’a encore été annoncée par les deux organisations.

 

Québec – Namur 

Deux villes, deux provinces, deux capitales

Namur, Belgique - Photo : OPT- J.L. Flemal


Chacune est à la fois ville, province et capitale. À l’instar de Bordeaux, Québec et Namur, en Belgique, partagent un certain nombre de similitudes. Un fleuve les baigne et toutes deux sont réputées, entre autres choses, pour leur citadelle et l’abondance de leurs activités culturelles. Si un lien historique et économique unit Québec et la Wallonie depuis 1982, le jumelage entre les deux cités, lui, célèbre tout juste ses 16 ans.

Plutôt récent, le programme de coopération n’en est pas moins profitable pour les deux agglomérations. Symboles de leur association, des pièces artistiques trônent en des lieux stratégiques ici comme dans la capitale wallonne. Pour le 400e de Québec, Namur a offert une œuvre d’art publique installée à la place de l’Hôtel-de-Ville, tandis qu’un édifice de la place de Québec à Namur est enjolivé, depuis l’an dernier, d’une fresque québécoise.

Un édifice de la place de Québec à Namur est enjolivé, depuis l’an dernier, d’une fresque québécoise. - Source : Ville de Québec


En septembre 2014, la Ville de Québec accueillait les membres d’une délégation de la ville et de la province de Namur. La mission visait notamment la prospection et le partage d’expertises en matière de développement économique et technologique, de développement durable et de pratiques culturelles. Il est prévu qu’un nouveau groupe revienne dans la capitale à l’occasion de la semaine du numérique en 2016.

Pour le 400e de Québec, Namur a offert ce banc en pierre réalisé par le designer industriel belge Jacques Tilman. Celui-ci est situé à la place de l'Hôtel-de-Ville. - Source : Ville de Québec


« Si aucune date n’est fixée à ce jour, Québec présente actuellement un intérêt pour une éventuelle mission économique spécialisée à Namur dans les domaines de la restauration et des technologies de l’information avec des entrepreneurs d’ici », révèle par ailleurs Michelle Morin-Doyle. L’alliance intermunicipale s’intègre à l’accord Québec/Wallonie-Bruxelles, un programme d’échanges et d’activités aux thèmes variés.

 

Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique

À l’initiative de trois villes phares de la francophonie en Amérique du Nord – Québec (Québec), Lafayette (Louisiane) et Moncton (Nouveau-Brunswick) –, un nouveau réseau ayant pour objectif la mise en commun de l’histoire et du patrimoine de communautés unies par la langue française est officiellement né fin octobre lors du Rendez-vous de fondation du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique.

« Dans le monde, quelque 275 millions de personnes parlent français et on remarque de plus en plus l’émergence de populations francophones au Canada et même aux États-Unis », soutient la responsable du dossier du Réseau à la Ville de Québec. « Cette culture représente une richesse, une particularité que plusieurs communautés veulent mettre en valeur, et c’est précisément ce que le regroupement permettra de faire. » 

Déjà, le Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique rassemble une centaine de villes membres. « C’est seulement depuis janvier de cette année et il s’en ajoute presque tous les jours ! On se rend compte que l’initiative est appelée à devenir un vecteur de développement touristique et économique important. Plus que jamais, on mise sur la vitalité du patrimoine francophone », commente la mairesse suppléante.   

Dans la foulée de ce projet rassembleur, un portail Internet destiné à attirer les visiteurs a été développé. « Il existe par exemple un engouement de la part de nombreuses personnes pour retrouver leurs ancêtres. Chaque ville va pouvoir se présenter, faire connaître ses attraits, ses liens avec la francophonie. Ce sera également un lieu de discussion pour les maires. Le Réseau recèle un potentiel immense », conclut Mme Morin-Doyle. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 :

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X