PUBLICITÉ

Priscilla Beaulieu - La fille adoptive de L’Isle-aux-Grues

30 mai 2016 - Par Jacques Noël

Avec un nom comme Beaulieu, on pourrait penser que la belle Priscilla est d'origine québécoise. Désolé pour les fans d'Elvis, mais madame Presley n'a pas une goutte de sang québécois sous le botox… ce qui ne l'empêche pas d'avoir des liens familiaux profonds avec la région de Québec.

Priscilla Beaulieu est née Priscilla Ann Wagner le 24 mai 1945 à New York. Sa mère, Anna Lillian Iversen, est d'origine norvégienne. Son père, James Wagner, pilote dans l'armée américaine. Quelques mois après la naissance de Priscilla, James meurt dans un écrasement d'avion lors d'une permission en Bosnie. En 1948, Anna épouse Joseph Paul Beaulieu, aussi pilote d’avion de l'armée américaine. Originaire d’une famille québécoise établie au Maine, puis au Connecticut, Beaulieu adopte Priscilla, lui léguant son nom qu’elle rendra célèbre dans le monde entier.

Priscilla en Allemagne en 1960 - Source : elvispresleyphotos.com


À l'époque, on cachait souvent la chose aux enfants, histoire de les « protéger ». Lorsque Priscilla découvrit le secret familial dans une vieille boîte en bois, sa mère lui demanda de garder le secret afin de ne pas affecter l'union familiale. « En réalité, écrit Priscilla dans son autobiographie, lorsque plus tard tout le monde fut au courant, cela n'eut aucune répercussion sur l'amour que l'on se portait. » L'histoire d'Elvis et de Priscilla est presque aussi connue que celle de Céline et René, les chameaux en moins, on s'entend...

En 1959, en pleine guerre froide, Beaulieu est transféré sur la base de Weisbaden en Allemagne de l'Ouest, avec sa petite famille, lorsqu'Elvis, 24 ans, en fin de service militaire obligatoire, a le coup de foudre pour la très jeune et jolie Priscilla, 14 ans à peine, étudiante en 9e année, lors d'une soirée organisée par des amis communs. C'était le 13 septembre 1959, 200 ans, jour pour jour, après la bataille des Plaines d'Abraham. (Avis aux travailleuses sociales de la DPJ qui pourraient lire ce texte : Elvis l'a invitée dans sa chambre lors de leur deuxième rencontre.)

Mariage de Priscilla Beaulieu avec Elvis Presley en 1967


Mais ce ne sont pas les plaines d'Abraham qui lient le couple étroitement à Québec. Bien avant le Capitole, bien avant Jean Pilote et Martin Fontaine, la ville du maire Pelletier avait été mêlée à l'histoire des Presley par la magie du cinéma. Dans Elvis and Me, une minisérie de quatre heures basée sur l'autobiographie de Priscilla, la Vieille Capitale avait été transformée en ville allemande de 1959 pour accueillir l'équipe de tournage américaine. Moins cher de tourner de ce côté-ci de l'Atlantique qu'en lointaine Germanie. Tournée en 1987, la série met en valeur les charmes du Vieux-Québec. Un autobus scolaire bleu remonte la côte de la Canoterie et tourne à droite sur Ferland, où habitent les Beaulieu. Lorsque Priscilla va à son premier rendez-vous avec le King, on voit l'auto longer le haut mur de pierres sur le boulevard Champlain, puis s'engager dans la rue du Petit-Champlain. Des drapeaux allemands et un affichage dans la langue de Goethe donnent l'illusion d'être au pays de Konrad Adenauer. On voit le couple sortir du Cinéma de Paris (l'endroit était vraiment prédestiné lorsqu'on connaît la suite de l'histoire, Monsieur Pilote !). Ils s'embrassent sur la porte, au-dessus de la côte de la Montagne, qui mène au parc Montmorency, lorsqu'un individu vient harceler Priscilla. Elvis lui fout toute une volée !

L'hiver arrive, Elvis est rentré à Graceland, Priscilla s'ennuie à Weisbaden. Elle porte une canadienne, se promène sur la neige dans le parc Montmorency, longe les canons de la rue des Remparts, serrant ses livres scolaires contre son cœur meurtri. Les derniers tournages à Québec ont eu lieu à l'aéroport, ce qui clôt le volet allemand de la minisérie. Pas besoin de transformation pour le vieil aéroport de Québec qui, en 1987, pouvait ressembler à celui de Francfort en 1959 !

Les Beaulieu-Thivierge

L'arbre généalogique de la famille Beaulieu est d'une très grande complexité. Et fait damner bien des généalogistes ! La famille a changé de nom. Sans parler des prénoms. Elle s'est promenée des deux côtés de la frontière. Voyons un peu.

L'ancêtre, Hippolyte Thivierge (1629-1700), originaire de Blois, et son épouse, Renée Hervet, arrivent à Québec en 1661 avec leurs trois enfants : Gabriel, Jean et François. Le couple s'établit à Château-Richer, puis à Sainte-Famille, où s'ajouteront 10 autres enfants.

Gabriel (1654-1726), l'aîné, sera procureur fiscal sur l'île d'Orléans, capitaine de milice sur la Côte-du-Sud, et même seigneur de l'anse aux Coques, près de Pointe-au-Père. Ses deux épouses lui donneront 18 enfants. Son fils, Jean François (1691-1769), en aura 11 et son petit-fils, Basile (1730-1820), tout autant. Pierre Thivierge (1775-1826), le fils de Basile, s'établit à L’Isle-aux-Grues où il est laboureur. Son fils Eusèbe (1816-1877) est pilote sur le Saint-Laurent ; il est mort à L'Isle-Verte. C'est son fils Paul (Hippolyte) Beaulieu-Thivierge (1858-1923), né à L'Isle-aux-Grues, qui a laissé tomber le nom de Thivierge en émigrant aux États-Unis. Son frère Georges, arrivé avant lui à Winn (Maine), aurait été le premier à changer de nom. Paul s'est marié au Nouveau-Brunswick et est mort le 30 juin 1923, à Auburn, Androscoggin, Maine. Son fils, Joseph-Paul (1899-1973), qui a épousé une Irlandaise, était propriétaire d'une entreprise de resurfaçage de plancher à Groton, New London au Connecticut. Son petit-fils, Joseph-Paul, est le père de Priscilla. Celui qui était outré que sa fille de 14 ans sorte avec le roi du rock and roll en 1959. Pas de DPJ à l'époque... et pas de médias sociaux non plus.


Lignée paternelle de Priscilla Beaulieu

BEAULIEU, Joseph Paul Jr (1926- ?)
IVERSEN, Anna-Lilian (1926-2005)
Mariés le 11 septembre 1948, Groton, Connecticut

 

BEAULIEU, Joseph Paul (1899-1973)
W. Mary Ann (originaire d'Irlande)
m.

 

BEAULIEU dit THIVIERGE, Paul (1859-1923)
BABINEAU-DOSITHÉE, Joséphine (1866-1913)
m. 26 octobre 1888, Saint-Jean, N.-B.

 

THIVIERGE, Eusèbe (1816-1877)
NORMAND, Marie-Anne (1823- ?)
m. 15 février 1848, Saint-Antoine-de-l'Isle-aux-Grues

 

THIVIERGE, Pierre (1775-1826)
BERTEAU, Marie-Françoise
m. 1er mars 1802, Saint-Hyacinthe

 

THIVIERGE, Basile (1730-1820)
BLOUIN, Geneviève (1735-1795)
m. 21 octobre 1754, Montmorency

 

THIVIERGE, Jean-François (1691- ?)
FONTAINE, Angélique (1696-1769)
m. 26 novembre 1714, Saint-Jean-de-l’Île-d’Orléans

 

THIVIERGE, Gabriel (1654-1726)
LEPAGE, Madeleine (1671-1754)
m. 2 août 1688, Saint-François-de-l’Île-d’Orléans

 

THIVIERGE, Hippolyte
HERVÉ, Renée
m. 15 septembre 1654, Saint-Martin-de-Blois, Loir-et-Cher

 

Dans Elvis and Me, tournée en 1987, on reconnaît le Vieux-Québec.
Rendez-vous sur youtube.com pour visionner cette minisérie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X