PUBLICITÉ

Prêt, pas prêt… Rêvez !

18 février 2014 - Par Frédéric Masse

Le grand luxe, l’exotisme, le rêve… c’est ce qui vous attend au Salon International de l’Auto de Québec en 2014. Alors que l’année 2013 marquait l’arrivée de nouvelles marques au Salon, comme Aston Martin et Bentley, l’année 2014 annonce Tesla, qui viendra, pour la toute première fois, exhiber ses voitures électriques dans un salon au Québec. Ouvrez donc grand les yeux dans l’article qui suit, car à l’exception de cette Tesla S, vous ne verrez aucune voiture dont le prix se situe sous la barre des 200 000 $. Prêt, pas prêt… Rêvez !

 

ZONE LAMBO

Lamborghini Gallardo LP 570-4 Squadra Corse

Avant que la Gallardo ne tire sa révérence et soit remplacée par la non moins superbe Huracan LP 610-4, Volkswagen n’a pas dit son dernier mot. Et pour célébrer cela, nous aurons droit à l’un des 50 exemplaires produits de la LP 570-4 Squadra Corse. Cette bagnole est basée sur la version de course de la Gallardo, la Super Trofeo que j’avais eu la chance de conduire un bref instant. Difficile de ne pas tomber sous le charme de cette voiture unique en mettant le feu au V10 de 570 chevaux montés en position centrale. Plus légère, plus performante, la Squadra Corse dispose de caractéristiques qui en font, en quelque sorte, une voiture de course... pour la route. Son prix ? Une aubaine de 298 900 $. Faites la file…

 

Lamborghini Aventador 50e anniversaire

Au moment d’écrire ces lignes, je venais tout juste d’apprendre que nous aurions vraisemblablement cette année la voiture la plus chère présentée au Salon depuis belle lurette (peut-être même de son histoire), soit la Lamborghini Aventador 50e anniversaire (oui, Lambo célèbre ses 50 ans). Son prix ? 600 000 $. Complètement dément.

En fait, tout dans cette voiture est complètement fou. Elle est produite à 100 exemplaires, et sa couleur jaune contrastant avec plusieurs autres pièces de carrosserie noires (rétroviseurs, bas de caisse, jantes…) ne laissera personne indifférent. Indubitablement l’une des vedettes du Salon avec la Aston Martin Vanquish ; elle fera rêver tous les amateurs d’automobile.

Avec une mécanique V12 de 720 chevaux (20 de plus que la LP700) et un gigantesque couple, la Lamborghini ne fait pas que prendre vie lorsqu’on démarre sa mécanique, elle rugit. Le vroum est tout simplement viscéral et mettra le cœur en chamade de n’importe quel amateur de voitures exotiques. Avec un usage totalement abusif des dernières technologies et du carbone, la voiture livre des performances supersoniques avec un 0-100 km/h sous la barre des trois secondes. Faites le test, comptez 1, 2… et avant que la troisième seconde soit écoulée, vous y êtes. Et vous pourrez grimper ainsi, collé à votre siège, jusqu’à 350 km/h… tout ça, accompagné par une puissance d’un freinage bionique et d’une traction intégrale qui sera la bienvenue avec tant de puissance et de couple transmise aux roues. Mama mia !

 

ZONE ASTON MARTIN

Aston Martin Vanquish/Volante

Vanquish Volante / Prix : 300 000 $

J’ai poussé un grand cri lorsque j’ai appris qu’Aston Martin nous ferait le plaisir de nous amener sa toute nouvelle Vanquish, version coupé et Volante (cabriolet) par-dessus le marché. Il faut dire que j’ai une relation toute particulière avec cette grande dame que j’aime viscéralement. La remplaçante de la DBS ne fait rien pour ternir ma passion.

Vanquish / Prix : 300 000 $

Carrosserie en partie en fibre de carbone, moteur V12 de six litres de 565 chevaux et lignes empruntées à la One-77. Je n’étais pas très heureux du travail de Prodrive sur le design des Aston Martin depuis qu’elle l’avait acquise de Ford, mais la Vanquish m’a fait leur pardonner tout. Elle est simplement sublime. Elle n’est certes pas la plus rapide (0-100 km/h en 4,9 secondes) ni la plus puissante devant ses concurrentes, mais son charme anglais compense chacun des dixièmes, voire des secondes perdues.

Cette voiture continuera donc de faire battre mon cœur. Actuellement, en écrivant ce texte, j’ai le rythme cardiaque qui augmente juste à l’idée de la revoir. Un seul bémol, il me faudra 300 000 $ pour en posséder une… Si le rêve est un carburant, je continuerai de carburer.

Aston Martin Vantage S Roadster

Aston Martin Vantage S V8 / Prix : 300 000 $

Si, comme moi, allonger 300 000 $ est trop pour vous, vous pourrez alors jeter votre dévolu sur la Vantage, notamment la Vantage S Roadster présentée au Salon. À 163 800 $ pièce, elle paraît presque une aubaine par rapport à sa grande sœur, la Vanquish. Quelle belle voiture que cette Vantage ! Malgré son âge, elle demeure l’une des voitures les plus sensuelles de l’industrie.

La version présentée nous propose un V8 de 430 chevaux (la version S dispose de 10 chevaux supplémentaires par rapport à la version de « base ») et une allure de rock star. Je me souviens d’ailleurs de la toute première fois que je me suis assis dans cette voiture à Detroit, lors de son lancement nord-américain. J’étais alors dans la jeune vingtaine et j’avais été littéralement foudroyé par la beauté de son habitacle et la silhouette tracée par Henrik Fisker, son designer. Bien des années plus tard, j’admire encore ce coup de crayon qui relevait du génie. Pour ce qui est des performances, on est dans les eaux des Porsche 911 et des Audi R8 avec un 0-100 km/h sous la barre des cinq secondes et une voiture immensément agile.

 

ZONE ROLLS-ROYCE

Rolls-Royce Wraith

Wraight / Prix : 350 000 $

La Wraith, un coupé de 350 000 $, fera sa première visite à Québec. Impressionnante, la GT marque une envie du constructeur anglais, propriété de BMW, de renouer avec ce style qui ose aborder le plaisir de conduire. N’allez toutefois pas voir une sportive, il s’agit d’une GT bien emmitouflée. Difficile de ne pas remarquer cette immense voiture qui est, en fin de compte, une version coupé de la Ghost, de laquelle on a retranché 183 millimètres d’empattement, élargi la voie arrière et abaissé la garde au sol pour lui donner plus de cran. Avec des portes qui s’ouvrent à l’inverse et sa peinture deux tons, disons que vous ne passerez jamais inaperçu en allant chercher votre pinte de lait au dépanneur.

Son habitacle est totalement dément. Parler du souci du détail serait un pléonasme : 1 340 lumières DEL cousues au plafond afin de créer une voûte étoilée, le bois rappelant les yachts de grand luxe ou encore le système audio de 1 300 watts : tout a été pensé afin d’en mettre plein la vue. Si ce n’est pas assez, sachez qu’en posant le pied sur l’accélérateur, c’est un V12 biturbo de 6,6 litres de 624 chevaux qui répondra à la sollicitation. Chic alors !

Rolls-Royce Phantom Drophead Coupé

Phantom Drophead Coupé / Prix : 450 000 $

Si la Wraith ne vous suffit pas ou si, encore, vous voulez profiter des chauds rayons du soleil, vous pourrez alors vous tourner vers la Phantom Drophead Coupé, qui explore un peu plus loin la démesure et le charme anglais. Si vous n’avez jamais vu cette voiture autrement qu’en photo, vous serez impressionné par tant d’exubérance et par cet imposant carrosse qui pèse plus de deux tonnes. À près de 450 000 $ pièce, la voiture se veut un travail d’orfèvre. Entièrement faite à la main, elle est une œuvre d’art en soi. Son habitacle, avec ses cuirs choisis, ses bois nobles et une qualité de finition qui rend le mot impeccable obsolète, rappelle tout le charme des luxueux yachts des années 30.

Tout dans cette voiture transpire la démesure ; la mécanique n’y échappe pas avec un V12 de 6,75 litres biturbo qui développe 453 chevaux. Luxe, prestige, immodération : trois mots qui vont de pair avec cette sculpture sur quatre roues.

 

ZONE BENTLEY

Bentley GTC V8

 Continental GTC V8 / Prix : 250 000 $

Visiblement, les anglaises mettent le paquet cette année pour me faire chavirer. C’est aussi le cas de la Bentley GTC V8, une voiture sublime qui dispose d’un V8 biturbo de 500 chevaux qu’elle partage notamment avec la Audi S8 et S7. Les plus difficiles pourraient aussi se tourner vers la version W12 de 616 chevaux de la Speed, mais disons qu’une telle puissance, même de base, décoiffe déjà.

Opulente, démente, confortable, la Bentley représente elle aussi le nec plus ultra en matière de grand tourisme. À 2,3 tonnes, elle n’est évidemment pas une ballerine, mais elle n’est pas faite pour être conduite violemment, elle demande plutôt doigté et expérience. Et à 250 000 $, elle n’est pas, heureusement et malheureusement tout à la fois, accessible à tous. Tu fais mal à mon cœur, dame Continental.

Bentley Flying Spur

Flying Spur / Prix : 250 000 $

Si vous préférez les berlines aux coupés et si vous avez près de 250 000 $ à dépenser, vous serez également heureux de voir la Flying Spur au Salon. Limousine, dans le même style que les Rolls-Royce Ghost, la Flying Spur se veut toutefois une contrepartie un peu plus sportive. Sous le capot, vous trouverez un W12 biturbo de 6 litres partagé avec la Continental GT. Comme cette dernière, elle dispose de la traction intégrale et est entièrement construite à la main. Volkswagen, propriétaire de la marque, n’a rien négligé afin de rendre cette voiture unique. Son habitacle, notamment, est tout simplement magnifique. Du cuir choisi à la main, des détails de finition, tout est simplement parfait. Et, si vous trouvez la Flying Spur trop commune (!), vous pourrez vous tourner vers la Mulsanne qui franchit un autre pas en matière de luxe, même si c’est difficile à imaginer.

 

ZONE FERRARI

Ferrari California

 Ferrari California / Prix : 249 000 $

Pour celles et ceux qui prennent la California pour une simple voiture belle à regarder, il faudra refaire vos devoirs. La California est une Ferrari, dans tous les sens du terme. Cela commence par un V8 de 4,3 litres et 490 chevaux à la sonorité simplement exquise. Oui, il s’agit d’une GT et non d’une super sportive comme la 458 Italia, mais elle a tout de l’ADN de la grande marque italienne. À 249 000 $, la California n’est pas pour toutes les bourses, mais elle se veut tout de même la porte d’entrée pour faire ses premiers pas dans la grande famille des Ferrari neuves. 

Pour celles et ceux qui rêvent de voir la Ferrai 458 Italia « en chair et en os », puisqu’on l’attend depuis longtemps à Québec, sachez que vous pourrez profiter du Salon pour vous faire prendre en photo dans cette magnifique voiture. Rendez-vous dans le kiosque Icar.

 

EN PRIMEUR QUÉBÉCOISE

Tesla S

Tesla S / Prix : 75 000 $

S’il y a une voiture qui attirera l’attention cette année, c’est bien la berline Tesla S. On la verra pour la toute première fois au Salon de l’auto de Québec. Cerise sur le gâteau, c’est le constructeur lui-même qui viendra présenter sa voiture. Superbe à regarder, la Tesla est tout à fait spéciale, car elle vient combler un problème de taille dans l’industrie de l’automobile électrique, soit l’autonomie.

Sans aucun moteur thermique, la belle Tesla parvient à franchir 370 kilomètres avec une seule charge, et elle peut même parcourir 425 kilomètres si correctement équipée. Avec une facture dépassant allégrement les 75 000 $, la Tesla ne s’adresse évidemment pas à toutes les bourses et se veut d’abord et avant tout une berline de luxe pour qui veut rouler propre et totalement sans carburant. Si vous pensez qu’une voiture totalement électrique ne peut décoiffer, vous êtes dans le champ gauche, puisque les moteurs électriques génèrent énormément de couple, ce qui permet à la Tesla de franchir le 0-100 km/h en 4,4 secondes, du moins lorsqu’on choisira sa version S85 Performance. En plus, sachez que le côté surprenant de la Tesla ne s’arrête pas là grâce une configuration 5+2. Mais, il faudrait réellement un texte complet pour vous parler de la voiture, que ce soit de son habitacle techno ou de sa configuration mécanique.

 

UNE PREMIÈRE CANADIENNE

Tomahawk électrique

Dubuc SLC Tomahawk

Je triche un peu en vous parlant du Tomahawk dans cet article, car je vous avais promis qu’aucune voiture de moins de 200 000 $ n’y figurerait, à l’exception de la Tesla. C’est la vérité. La Tomahawk n’est pas une voiture ordinaire, c’est une voiture à assembler soi-même 100 % québécoise. Selon le constructeur, Super Light Car Inc, le Tomahawk est « un kit car révolutionnaire, la meilleure plateforme universelle pour réaliser un projet. La carrosserie vient complètement assemblée sur un châssis ultraléger en aluminium ainsi qu'un intérieur simple conçu pour y mettre les gadgets de son choix. Le client doit ensuite choisir les composantes mécaniques et la motorisation de son choix pour compléter le Tomahawk à son image. »

En primeur canadienne, la compagnie dévoilera, lors du Salon de l’auto de Québec, la version électrique de son bolide ! Selon le constructeur, « toutes les matières sont fabriquées dans la région de Québec. Pour son électrification, la compagnie travaille avec des sociétés québécoises pour en faire la fierté de la Vieille Capitale. »

 

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 16 novembre au 24 décembre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X