PUBLICITÉ

Nathalie Roussin, mère de famille et PDG

31 janvier 2014 - Par Donald Charette

Mère de famille et PDG

Les Immeubles Roussin, tout le monde connaît à Québec. Mais les membres de la famille Roussin, et en particulier celle qui dirige cette entreprise, très peu. « On est toujours discrets dans la famille Roussin », laisse tomber celle qui est présidente-directrice générale de l’entreprise familiale et qui a beaucoup hésité avant d’accepter de se confier à PRESTIGE.

Les mots « Immeubles » et « Roussin » vont de pair depuis 50 ans à Québec. L’entreprise familiale bâtie par Maurice Roussin (décédé en 2010) possède 800 « portes » ou logements dans la région, regroupés dans une quarantaine d’immeubles, et emploie 250 personnes. Nathalie Roussin avoue d'emblée qu'elle se considère comme « choyée » par la vie, ce qui explique aussi son parti-pris pour la discrétion… Mais attention, choyée ne veut pas dire gâtée !

La fille de Maurice Roussin, aujourd’hui grande patronne, a fait ses classes. Ingénieure civile, elle est allée chercher un MBA en immobilier à l'UQAM. C'était dans les années 1990-1995, souligne-t-elle, à l’époque où l'horizon était bloqué pour les jeunes, si bien « qu'il n'y avait pas d'autres options » que de persévérer dans ses études. À sa sortie de l'université, elle travaille pour Nova Construction durant deux ans, avant de joindre l'entreprise qui porte son nom de famille. « J'ai travaillé sur les chantiers, j'ai eu ma carte d'apprenti menuisier, j’ai conduit de la machinerie, j’ai géré des travaux, j’ai fait des plans... », raconte la PDG de 44 ans.

Depuis 15 ans, les deux sœurs et le frère sont tous associés à parts égales dans le développement d’Immeubles Roussin. Alors que François est vice-président Stratégie et Développement, Michèle est vice-présidente des immeubles résidentiels.

Maurice Roussin appartenait à cette génération qui s'est beaucoup investie dans le travail. « C'était difficile pour lui de prendre ça relax. Si je n'avais pas de cours à l'université un vendredi matin, il ne comprenait pas que je ne vienne pas travailler et il me le disait », se remémore la jeune entrepreneure. Elle considère néanmoins que ce fut un grand privilège de pouvoir travailler côte à côte avec son père pendant 14 ans.

« Quand tu acceptes d'avoir des enfants, tu acceptes de ne pas être là autant que tu le voudrais. »

La philosophie implantée par le père se retrouve dans la brique et le béton. Les Immeubles Roussin font du logement, pas du condo. « Ces immeubles, on les construit et on les détient, explique Nathalie Roussin. On les développe pour les garder. C'est une façon de maîtriser l'offre et de maintenir la qualité, c'est la façon de faire des Immeubles Roussin. » En plus des 800 logements, Immeubles Roussin est propriétaire d'une résidence pour gens en perte d'autonomie, Les Jardins Lebourgneuf, qui héberge 300 personnes, dont certaines atteintes de la maladie d'Alzheimer. L’entreprise possède aussi plusieurs locaux commerciaux, dont ceux de Plaza Laval et du parc Colbert. Enfin, Immeubles Roussin va également construire ce printemps le Complexe Lagarde à l'intersection de l’autoroute Henri-IV et du chemin Sainte-Foy, un immeuble érigé au coût de 40 millions de dollars qui comprendra 270 logements. L'ancienne cour à bois de Garon bénéficiera donc d'une nouvelle vie.

Mais peut-on bien conjuguer une carrière aussi prenante avec une vie familiale bien remplie ? Bien sûr, démontre le parcours de Nathalie Roussin, mère d'Antoine (13 ans), d’Olivier (11 ans) et de Sophia (8 ans). « J'ai un conjoint, Dave Gilbert, et on fait ça ensemble. Je suis aussi organisée… et organisatrice », avoue-t-elle avec un petit rire dans la voix. « Ma mère est présente et j'ai une aide familiale. Quand tu acceptes d'avoir des enfants, tu acceptes de ne pas être là (à la maison et au travail) autant que tu le voudrais, mais en te disant que tu vas te reprendre. Parfois, il se glisse un petit sentiment de culpabilité, mais dans ce cas, il faut se rappeler à l'ordre et se dire qu'il y a d'autres métiers où le parent n'est pas toujours présent », dit-elle.

Maintenant que ses enfants sont plus grands, Nathalie Roussin consacre davantage de temps à des activités professionnelles, entre autres au sein de la Chambre de commerce, ou encore, à des activités caritatives avec la Société Alzheimer. Quant à la Fondation Maurice Roussin, qui soutient les actions visant le développement des enfants et le bien-être des familles, elle redistribue environ 25 000 $ chaque année.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X