PUBLICITÉ

Liza Minnelli - La princesse d’Hollywood a des racines à Oka

8 décembre 2015 - Par Jacques Noël

« Si Hollywood était une monarchie, Liza Minnelli serait notre princesse héritière », a déjà dit Fred Astaire.

Fille du réalisateur Vincente Minnelli et de la grande Judy Garland, Liza Minnelli est née carrément dedans, en plein cœur de la Planète Hollywood. Du côté maternel, on revendique jusqu’à six générations d’artistes ! Du côté paternel, trois. Plus star que ça, tu meurs.

Théâtre, cinéma, music-hall… Liza a tout fait. Elle a tourné son premier film à deux ans et demi. Elle a joué dans Pookie d’Alan J. Pakula, ce qui lui a valu une première nomination aux Oscars, Arthur (avec Dudley Moore) et New York, New York de Martin Scorsese. Sa version de la « Grosse Pomme - Grosse Pomme » est aussi célèbre que celle de Sinatra. Mais c’est surtout son rôle de Sally Bowles dans Cabaret, en 1972, qui lui a concédé une renommée internationale.

Photo de Mina Lebeau, grand-mère de Liza Minnelli, en 1938.


Francophile, grande amie d’Aznavour, elle a fait de nombreux duos avec le « p’tit Charles », interprétant ses chansons sur Broadway. Ce qui est moins connu, c’est que sa grand-mère était franco-américaine, une Lebeau d'Amérique.

Liza May Minnelli est née le 12 mars 1946 à Los Angeles. Sa mère, Frances Ethel Gumm (Judy Garland), est toujours considérée comme l’une des dix plus grandes stars de l’histoire d’Hollywood. Son père, Lester Anthony Minnelli (1903-1986), alias Vincente Minnelli, a réalisé de nombreuses comédies musicales qui ont marqué le genre, dont Gigi (1958), Un Américain à Paris (1951) et Meet Me in St.Louis (1944). Lester Anthony a été baptisé à l'église Notre-Dame de Chicago, située près de l'avenue Racine, dans le quartier français de la ville. Comme Detroit, Saint-Louis et La Nouvelle-Orléans, la ville des vents a été fondée par la diaspora.

Église Notre-Dame de Chicago - Photo : Andrew Jameson


En 1673, Louis Jolliet et le père Marquette ont été les premiers Blancs à traverser la rivière, celle que les Indiens appelaient Checagou, du nom de l'odeur nauséabonde qui se dégageait des oignons qui poussaient dans la zone marécageuse, en face du grand lac. LaSalle a suivi, en 1679. Les Français en ont fait un fort pour la traite des fourrures. Mais le titre de fondateur de la ville revient, en 1779, à Jean-Baptiste Point de Sable, un mulâtre originaire de Saint-Domingue. L'église actuelle, construite à la fin du xixe siècle, est l'œuvre de l'architecte Grégoire Vigeant, né à Québec en 1853 (il a émigré en 1873). Classée monument historique depuis 1979, l’église est le seul édifice rappelant la présence française à Chicago.

Marie Émilie Odile Lebeau (1871-1940), la mère de Lester Anthony, était une actrice franco-américaine qui portait le nom de scène de Mina Gennell. Décrite par la presse comme The Desden China Girl, Mina a rencontré son bel Italien sur les planches. Dans son autobiographie, Vincent Minnelli soutient que la famille de Mina avait émigré de France. Vrai, mais il y a trois siècles et demi…

Le père d’Émilie, Flavien Charles Lalouette dit Lebeau (1849-1892), venait de Saint-Benoît (ses parents se sont mariés à Oka). La mère d’Émilie, Émilie May Cadieux (1851-1926), née sur l’île Mackimac, dans le Michigan, était aussi d’origine québécoise. Le couple s’est marié à Chicago en 1869. Marie-Émilie naîtra deux ans plus tard.

L'ancêtre, Jean Bau dit Lanouette (1654-1728), venait de la Vendée. En 1672, il épouse Étiennette Loret Lord (1649-1733), une Fille du roi. Leurs descendants retiendront surtout le nom de Lebeau, même si le nom de Lanouette (ou Lalouette) persistera dans l'arbre généalogique. En Nouvelle-France, les patronymes étaient fréquents ; ils visaient à identifier les caractéristiques d'un individu, sa région d'origine ou le régiment auquel il appartenait. Mais personne n'a encore trouvé le lien entre Le Bau et Lanouette...

En 1739, leur fils, Marien (1692-1758), obtient « la concession d'une terre située à la rivière Lassomption ». Son arrière-petit-fils, Narcisse (1812-1897), né au Sault-au-Récollet, en plein cœur de l'île de Montréal, développe très tôt son esprit d'aventure. Employé de la Baie d'Hudson, Narcisse remonte les Grands Lacs en canot jusqu'à Chicago. Il fait plusieurs voyages entre Chicago et Lachine avant d'épouser Catherine Charlebois en 1834, à Oka. Le couple aura 10 enfants, dont seulement trois survivront. En 1851, il émigre à Chicago avec sa petite famille. Ses quatre frères le suivent. Les charpentiers Lebeau, comme on les appelait, ont construit le palais de justice, la gare et la plupart des édifices importants de l'époque.

La diaspora a plus que fondé Chicago ; elle a aussi contribué à sa construction.

Mariage de Narcisse Lanouette Lebeau et de Catherine Charlebois le 3 février 1834 à Oka. Narcisse et ses frères ont construit quelques-uns des plus importants édifices du Chicago du xixe siècle.


LIGNÉE PATERNELLE DES LEBEAU DE LIZA MINNELLI

MINNELLI, Lester Anthony (1903-1986)
GUMM, Frances Ethel (Judy Garland) (1922-1969)
Mariés le 15 juin 1945

 

MINNELLI, Vincent Charles (1861-1946)
LEBEAU, Marie Émilie Odile (1871-1940)
m. 20 novembre 1894, Chicago

 

LALOUETTE LEBEAU, Flavien Charles (1849-1892)
CADIEUX, Émilie May (1851-1926)
m. 18 janvier 1869, Chicago

 

LALOUETTE LEBEAU, Narcisse (1812-1897)
CHARLEBOIS, Catherine (1814-
m. 3 février 1834, Oka

 

LALOUETTE LEBEAU, Pascal (1775-1832)
MONET BOISMENU, Josephte
m. 26 janvier 1801, La Visitation du Sault-au-Récollet, Montréal

 

LALOUETTE LEBEAU, Alexis Amable (1744-
CHARTIER ROBERT, Hélène (1742-
m. 29 octobre 1770, Longue-Pointe

 

LALOUETTE LEBEAU, Marien (1692-1758)
LORY, Suzanne (1701-1789)
m. 26 avril 1719, Boucherville

 

LALOUETTE LEBEAU, Jean (1654-1728)
LORET LORD, Étiennette (1649-1733)
m. 15 mai 1672, Boucherville

 

 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X