PUBLICITÉ

LES FEMMES, LES FINANCES ET L’ARGENT - Les femmes et les services financiers : une approche qui doit être ajustée

7 juin 2019 - Par Johanne Martin

Selon les statistiques, on estime qu’au Canada, dès l’an prochain, les femmes détiendront 67 % de la richesse. Chez la clientèle féminine, les services financiers figurent pourtant en tête de liste des industries qui suscitent le plus haut taux d’insatisfaction. Devant ce constat déplorable, Placements Mackenzie a décidé d’agir.

« Toutes les données recueillies indiquent clairement que les femmes reçoivent un service qui ne correspond pas à leurs besoins. Fondée et pensée par des hommes, l’industrie est mal adaptée à ce que la gent féminine – et même les nouvelles générations – recherche. Afin de corriger le tir, nous nous sommes intéressés aux causes de cette insatisfaction », confirme Maude Paquet, directrice de la gestion de la pratique chez Placements Mackenzie.

Les principales sources de mécontentement relevées concernent les buts, la confiance et la communication. « Pour les femmes, les objectifs de vie et globaux – prendre sa retraite, par exemple – sont plus importants que l’objectif de placement pur. Elles rapportent aussi une moins bonne confiance que les hommes en leurs connaissances financières et notent souvent une attitude condescendante de la part du conseiller », laisse entendre Mme Paquet.

« Pour les femmes, les objectifs de vie et globaux – prendre sa retraite, par exemple – sont plus importants que l’objectif de placement pur. » — Maude Paquet, directrice de la gestion de la pratique chez Placements Mackenzie.

Alors que la définition de richesse est associée au succès chez les hommes, les femmes la lient davantage à la notion de sécurité. Et si les premiers veulent gagner et se sentent interpellés par la compétition, les secondes souhaitent prospérer et préconisent l’inclusion, la collaboration. Aux yeux des femmes, l’approche doit être teintée de respect, d’écoute, d’appréciation, du sentiment d’être les bienvenues aux rencontres et d’être des partenaires.

JPEG - 111.8 ko

Pour une plus grande diversité des genres

À l’heure où les conseillers financiers sont appelés à ajuster leur stratégie d’intervention, les gestionnaires de portefeuille du Fonds/FNB mondial de leadership d’impact Mackenzie mettent pour leur part en œuvre un processus unique afin de cibler les sociétés faisant preuve de proactivité en matière de diversité des genres. Selon eux, il s’agit là d’un gage de meilleurs résultats financiers et d’une gouvernance d’entreprise plus solide à long terme.

Si le processus quantitatif employé par le Fonds s’appuie sur cette conviction, l’équipe tient compte de facteurs telles la représentation des femmes au sein des conseils d’administration et dans des postes de direction, y compris en tant que chefs de la direction ou chefs des finances, de même que l’adhésion de l’entreprise aux Principes d’autonomisation des femmes des Nations Unies. L’engagement à l’égard de l’équité salariale est aussi considéré.


Saviez-vous que…

  • Selon une étude menée par le Boston Consulting Group, 73 % des femmes se disent mécontentes de l’industrie des services financiers.
  • 93 % des femmes rapportent n’avoir aucune préférence pour un conseiller homme ou femme, pourvu que l’approche leur convienne.
  • Au Canada, les femmes devraient hériter de 710 milliards de dollars d’ici 2026.
  • 80 % des femmes, au moment d’hériter de leur conjoint décédé, changent de conseiller financier.
  • Une fois qu’un conseiller est en mesure d’établir le lien souhaité, une femme lui est plus loyale et va le recommander environ 26 fois dans sa vie, comparativement à 11 pour un homme.
PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Mercredi 23 octobre 2019
Mercredi 23 octobre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X