PUBLICITÉ

Le point sur la cigarette électronique

3 mars 2015 - Par Rose-Line Brasset

La cigarette électronique est-elle ou non une solution de remplacement de choix à la cigarette traditionnelle ?

La cigarette électronique (ou e-cigarette) est un dispositif de forme cylindrique, muni d’une pile et d’un microprocesseur, qui génère une vapeur destinée à être inhalée. On a ainsi l’impression de fumer, sans tabac.

Au Canada, la vente de cigarettes électroniques contenant de la nicotine est illégale, contrairement aux États-Unis. Pourtant, celles-ci sont apparemment offertes ici, dans plusieurs boutiques spécialisées notamment. De plus, certains consommateurs de e-cigarettes se sont plaints d’effets secondaires indésirables, même en l’absence de nicotine.

« Il n’existe aucune norme de fabrication associée aux cigarettes électroniques. »

Il faut savoir qu’il n’existe aucune norme de fabrication associée aux cigarettes électroniques. Des impuretés et des contaminants chimiques synthétiques auraient d’ailleurs été détectés dans certaines de celles-ci, lors d’analyses de laboratoire. De la nicotine aurait aussi été détectée dans des produits étiquetés sans nicotine. Plusieurs organismes soulèvent donc le besoin d’encadrement et de normes de fabrication de ces cigarettes.

Annie Montreuil, chercheuse à l’Institut national de santé publique du Québec, mentionne que « les études actuellement disponibles tendent à démontrer que les effets négatifs de la cigarette électronique sont généralement mineurs et temporaires. Cependant, les connaissances actuelles issues de la littérature scientifique ne nous permettent pas d’estimer les effets sur la santé à long terme associés à la consommation de la cigarette électronique ».

Un outil efficace pour arrêter de fumer ?

Le liquide diffusé par la e-cigarette vendue au Canada contient principalement de la glycérine végétale, du propylène glycol et des arômes. Quant à la cigarette traditionnelle, elle contiendrait autour de 4 000 produits toxiques.

Une étude réalisée par l’Institut thoracique de Montréal, et dont les résultats préliminaires ont été présentés à la fin du mois de janvier dernier, révèle que la cigarette électronique pourrait s’avérer efficace quand elle est utilisée pour abandonner le tabac dans le cadre d’un suivi médical. Environ 43 % des fumeurs suivis par l’équipe du pneumologue Gaston Ostiguy, et qui avaient utilisé la cigarette électronique, auraient en effet cessé de fumer au moins un mois. Notre ministre de la Santé, M. Gaétan Barrette, s’est prononcé « pour ».

Force est d’admettre qu’il s’agit d’une histoire à suivre !

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X