PUBLICITÉ

Le Titanic n’aurait peut-être pas coulé...

7 septembre 2015 - Par Philippe Lapeyrie, sommelier et chroniqueur

Quel est le lien entre le vin et le Titanic ? Par ici pour le découvrir…

Il y a déjà plus d’un siècle, l’une des plus tragiques catastrophes maritimes de l’histoire s’est produite dans l’Atlantique Nord. En effet, le 15 avril 1912, le Titanic, monstre d’acier jaugeant plus de 46 000 tonnes considéré comme insubmersible, sombrait dans les eaux glaciales, au large de Terre-Neuve. Depuis, l’épave se désintègre inexorablement à plus de 3 800 mètres de profondeur. Nul besoin de vous raconter l’histoire, James Cameron l’a immortalisée au grand écran. Le tragique rendez-vous avec l’iceberg aurait-il pu être évité ? C’est en consultant un ouvrage de Graham Harding que j’ai fait cette intéressante découverte… Suivez-moi !

Le tragique rendez-vous avec l’iceberg aurait-il pu être évité ? C’est en consultant un ouvrage de Graham Harding que j’ai fait cette intéressante découverte…

Vous connaissez sûrement cette coutume consistant à fracasser une bouteille de champagne contre la coque des navires avant leur première sortie en mer. Un « baptême de mer », explique M. Harding. Un énorme format de l’une de ces bouteilles est projeté sur la proue du navire dans une ambiance festive avant qu’il lève l’ancre, ce qui aurait pour but de porter bonheur aux passagers et aux membres de l’équipage pendant le voyage.

Or la compagnie maritime White Star Line, copropriétaire du mythique paquebot, avait coutume de ne jamais baptiser ses navires. On a donc laissé le Titanic appareiller de Southampton, dans le sud de l'Angleterre, sans lui offrir l’apéro... On connaît la suite catastrophique de cette malheureuse croisière, qui a entraîné dans la mort quelque 1 500 passagers.

Scénario similaire lors du baptême de l’Aurora, de la compagnie P & O, en 2000, sur la coque duquel la bouteille n’aurait pas explosé du premier coup. Le navire aurait ensuite connu de nombreuses avaries. Il y a quelques années, un autre transatlantique, qui transportait un grand nombre de passagers, s’est retrouvé immobilisé au large de Southampton à la suite d’un problème technique. Pendant toute la durée de la panne, tous les passagers ont eu accès au bar gratuitement et à volonté, alors que pas moins de 9 200 bouteilles de vin, 9 000 bières ainsi que 7 250 cocktails ont été servis…

Que penser de ce cérémonial ? Superstition ? Coutume inutile, coûteuse et non fondée ? Il s’agit, en tous cas, d’une cérémonie peu écologique, à moins de récupérer, après tous ces « baptêmes de mer », les éclats de verre dispersés au fond des eaux des ports...

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X