PUBLICITÉ

La touche magique

6 novembre 2014 - Par Marie-Josée Turcotte

En octobre dernier, j’ai eu le bonheur et le privilège de vivre une croisière en Europe. Cela faisait des années que je planifiais cette escapade dans les vieux pays. Au programme : Rome et Venise en Italie, Corfou en Grèce, Dubrovnik en Croatie et Kotor au Monténégro.

En plus de visiter des villes grandioses et chargées d’histoire (qui nous font, du coup, réaliser à quel point notre civilisation nord-américaine date presque d’hier), je me suis laissé porter par la vague sur l’un des paquebots anglais les plus prestigieux du monde, le célèbre Queen Elizabeth, propriété de la compagnie Cunard.

Je pourrais bien sûr vous parler des multiples attraits qui m’ont éblouie au cours de ce voyage, des villes médiévales que j’ai visitées, des paysages à couper le souffle que j’ai admirés, sans oublier la bonne bouffe et le bon vin, savourés sur de jolies terrasses ou au sein de décors idylliques. Or, j’ai plutôt envie de vous parler de service à la clientèle.

En voyage comme dans la vie de tous les jours, je suis très sensible à la manière dont les gens traitent leurs clients. Rien ne me désole davantage que d’être servie par une personne qui semble détester son travail. Et rien ne me plaît davantage, par ailleurs, qu’une personne amicale et courtoise, qui en fait toujours un petit peu plus que le client en demande. C’est ce que j’ai vécu sur le Queen Elizabeth lors de mon court séjour d’une semaine. Ce n’était pas le navire le plus spectaculaire que j’aie connu, certainement pas le moins dispendieux non plus, mais c’était, et de loin, celui qui semblait accorder la plus grande importance à « l’expérience du client » et qui s’évertuait à créer le souvenir inoubliable.

Je suis personnellement convaincue que l’avenir appartient aux entreprises, aux employeurs et aux travailleurs qui ont compris que c’est en insufflant une petite touche magique dans leur approche qu’ils peuvent contribuer à faire toute la différence. Mais attention, cela va aussi dans les deux sens ! Rien n’est plus désagréable que de servir un client qui ne sait pas apprécier et rien n’est plus satisfaisant que de faire plaisir à un client qui sait se montrer reconnaissant. Les efforts doivent se faire dans les deux sens. C’est ainsi que l’on se bâtit une réputation d’excellence. C’est ainsi que l’on transforme l’ordinaire en extraordinaire, en dépassant toutes les attentes.

À tous ceux et celles qui font leur travail avec cœur, et à ceux et celles qui savent reconnaître sa valeur, je vous salue !

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X