PUBLICITÉ

L’abc des XYZ

31 octobre 2016 - Par Marie-Josée Turcotte, éditrice

Ce mois-ci dans PRESTIGE, nous vous proposons un reportage dont le sujet m’interpelle au plus haut point : les nouvelles générations (qu’on appelle les Y et les Z) qui bousculent les précédentes, en particulier les X, dont je fais partie.

Le sujet me touche tout particulièrement, car je suis la maman de deux enfants qui entreront sous peu – et de plain-pied – dans ladite génération Z, soit celle qui a toujours vécu avec Internet et qui considère le Wi-Fi comme un besoin essentiel, au même titre que les besoins physiologiques dans la fameuse pyramide de Maslow (c’est ici la diplômée en psychologie qui parle !).

Même si cela paraît aberrant aux yeux de la génération X, qui perçoit Internet comme un privilège, et non un droit quasi fondamental, comment en vouloir à ces jeunes ? On vit tous à une certaine époque et on s’adapte à celle-ci. Celui ou celle qui, de nos jours, n’est pas sur les réseaux sociaux ou n’a pas son appareil intelligent est considéré comme déconnecté du monde. Voilà 20 ans, ne pas posséder son ordi était perçu comme archaïque. Et avant l’avènement de l’ordi personnel, il y a eu l’apparition de la télévision… Bref, autant d’avancées technologiques pour bousculer le commun des mortels, tant dans sa vie personnelle qu’au travail.

Mais revenons aux générations actuelles… À cause de leur manière d’appréhender le monde, les Y et les Z n’ont pas toujours bonne presse, surtout auprès des employeurs. On les dit trop gâtés, peu engagés et enclins à changer de travail si celui-ci ne leur permet pas de progresser rapidement. À ce titre, ils ont une confiance en eux (que certains appellent de « l’arrogance ») que je n’avais pas à leur âge.

Entre vous et moi, il est sans doute normal, en 2016, de percevoir le monde entier comme un immense terrain de jeu et de chercher à en tirer le meilleur. Les jeunes ne vont plus à l’école uniquement pour apprendre à lire, à écrire et à compter ; on leur enseigne aussi à s’ouvrir sur le monde en leur proposant des voyages-études absolument palpitants et la langue n’est plus un frein, puisque la plupart sont bilingues, voire trilingues. Et cela est une excellente nouvelle, même s’il est devenu ardu pour les employeurs de les fidéliser en entreprise, la sécurité d’emploi ne faisant pas le poids contre l’attrait de la découverte et l’appel du large.

Entre vous et moi, il est sans doute normal, en 2016, de percevoir le monde entier comme un immense terrain de jeu et de chercher à en tirer le meilleur. 

Voilà quelques semaines, j’ai eu le privilège de participer au processus de sélection des duchesses du Carnaval de Québec. Cela m’a donné l’occasion de rencontrer de très dynamiques jeunes femmes issues des générations Y et Z. Plusieurs d’entre elles m’ont d’ailleurs impressionnée par leur parcours de vie et leur aisance à communiquer dans les deux langues.

Au terme du processus, un constat m’est apparu : dans un avenir pas si lointain, ces jeunes femmes prendront ma relève. Et je suis persuadée qu’elles le feront très bien, à leur manière. Dans un monde en perpétuel changement, où tout va tellement vite et où il faut apprendre à innover constamment, on pourra toujours compter sur les Y et les Z pour rebondir, car c’est ce qu’ils ont appris à faire dès leur plus jeune âge.

Après les X, les Y et les Z, je me demande maintenant quelle lettre de l’alphabet représentera le mieux la prochaine génération… Les A ? Cela prouverait que l’évolution ne se fait pas toujours de manière linéaire, mais en boucle…

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 13 au 17 décembre 2017
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X