PUBLICITÉ

Jean Cauchy, vétéran de la Seconde Guerre mondiale

5 mai 2015 - Par Rose-Line Brasset

Un héros bien humble

Il y a de ces gens dont le parcours et le destin sont si exceptionnels qu’on les croirait presque immortels. Âgé de 91 ans, Jean Cauchy, l’un des derniers vétérans de la Seconde Guerre mondiale, fait partie de ceux-là.

Nommé colonel honoraire du 425e escadron Alouette des Forces aériennes du Canada en 1998, Jean Cauchy, né à Lévis en 1924, est une force de la nature. À 91 ans, il a le regard intense des hommes sur lesquels le temps n’a pas d’emprise. Lorsqu’il sourit – et il sourit beaucoup ! –, il a de nouveau 18 ans.

Cette image illustre bien l’équipage d’un bombardier Halifax comprenant sept aviateurs.


C’est l’âge qu’il avait en 1942, au moment où il s’est enrôlé dans l’aviation canadienne. « Je m’ennuyais un peu au cours classique, témoigne-t-il. J’avais besoin de bouger. J’avais surtout le désir de relever un défi de taille, de me dépasser. » Devenir pilote : tel était le rêve du jeune Jean Cauchy. « Le jour où j’ai su que ma candidature pour la formation dans l’Aviation royale canadienne avait été retenue a sans doute été l’un des moments parmi les plus forts de mon existence », confie-t-il. Il faut dire que cela avait aussi été le rêve de son frère aîné, Louis, engagé avant lui dans les Forces aériennes et disparu cette année-là au-dessus de la Hollande, après que son avion eut été abattu. « Je me voyais mal rester à la maison les bras croisés après que mon frère aîné eut donné sa vie pour servir son pays. »

La carte d’identité du prisonnier de guerre Jean Cauchy, qui subissait un interrogatoire dans chaque camp de transition.


« Je me voyais mal rester à la maison les bras croisés après que mon frère aîné eut donné sa vie pour servir son pays. »

Rassemblement de prisonniers de guerre dans la cour d’un camp de concentration.


La formation de pilote n’avait pourtant rien de facile pour les Canadiens, qui étaient unilingues francophones au moment de leur enrôlement. « Tout se faisait en anglais et il fallait autant de pugnacité que de talent pour aller au bout du processus. » On le croit sans peine, surtout lorsqu’on apprend qu’une partie de la formation avait lieu en Écosse, en compagnie d’instructeurs à la couenne aussi dure que leur accent pouvait s’avérer hermétique… « Il va sans dire que plusieurs aspirants pilotes étaient éliminés à chacune des étapes d’un long processus. Seuls les meilleurs réussissaient à gagner leurs ailes. »

Les médailles attribuées à Jean Cauchy


Celles du haut : 1. Étoile (1939-1945) | 2. Étoile France Allemagne | 3. Médaille de la Défense | 4. Médaille canadienne du volontaire avec agrafe | 5. Médaille de la guerre 1939-1945 | 6. Médaille de la Confédération | 7. Médaille de la reine.

Celles du bas : 1. Médaille internationale, prisonnier de guerre | 2. Médaille de la République française 1939-1945 | 3. Médaille européenne (1939-1945) des anciens combattants | 4. Médaille de la Normandie | 5. Médaille rendant hommage aux équipages de bombardier. Commandant des escadrilles de bombardement.


« Gagner ses ailes », c’était alors avoir la prérogative de choisir son équipage et d’être aux commandes d’un bombardier quadrimoteur Halifax. « Nous faisions partie de l’Escadron 425 Alouette de l’Aviation royale canadienne, basé à Tholthorpe, dans le Yorkshire, au nord-est de l’Angleterre. Avoir le privilège de partager ce formidable esprit de corps fut un autre de ces moments forts dont le souvenir persiste. »

Dans la nuit du 5 janvier 1945, lors de sa 6e mission, l’appareil de Jean Cauchy est touché, alors qu’il s’apprête à bombarder une cible allemande, à Hanovre. Un chasseur ennemi a atteint le réservoir d’essence de l’aile droite de l’avion, qui a pris feu et descend en vrille vers le sol. L’équipage doit sauter en parachute, le pilote en dernier. « J’avais eu un mauvais pressentiment ce soir-là, avant de quitter la base. » Au petit matin, Jean Cauchy, qui a marché toute la nuit, est cueilli dans un champ par des cadets allemands armés de mitraillettes et il est emmené dans un camp de prisonniers pour y être interrogé. Il ignore à ce moment ce qu’il est advenu de son équipage. Prisonnier de guerre, le pilote séjourne dans quelques camps de transition, avant d’être emmené au camp central de Francfort, où tous les prisonniers sont réunis pour interrogatoire. C’est là qu’il retrouve quatre de ses compagnons de vol. Deux d’entre eux ont malheureusement disparu. Au chagrin d’avoir perdu ces deux hommes s’ajoute l’épreuve de l’anxiété, de l’incertitude, du froid et de la faim. Les camps étaient isolés, à peine chauffés, et l’hiver de 1945 fut sans doute le plus rigoureux de la Seconde Guerre. Après les camps de transition, Jean Cauchy a été emmené au camp de concentration central, le Stalag Luft 1. Les prisonniers ne seront libérés qu’à la fin du conflit, en mai 1945.

Jean Cauchy est un homme encore très impliqué dans la société. Il se trouve ici en compagnie de Pierre Paul-Hus, président, PRESTIGE Groupe Média, Monique F. Leroux, présidente et chef de la direction, Mouvement Desjardins, et Steven Blaney, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, à l’occasion de l’intronisation de Mme Leroux en tant que lieutenant-colonel honoraire du Régiment de la Chaudière en mai 2014. - Photo : Claude Côté, Mouvement Desjardins


De retour à la maison en juin 1945, juste à temps pour la Saint-Jean-Baptiste, Jean Cauchy, âgé de 21 ans, ne sera plus jamais le même. Le jeune homme a non seulement beaucoup mûri, mais il ressent dorénavant un certain « décalage » avec ses compatriotes du même âge restés sur place. Il confie avec émotion que c’est son mariage avec la femme de sa vie, celle avec qui il a vécu durant 68 ans et qui est décédée voilà deux ans, qui l’a aidé à retrouver une vie normale, voire l’esprit.

Jean Cauchy a été conseiller municipal de la Ville de Lévis pendant deux mandats de quatre ans, soit de novembre 1969 à novembre 1977. Il signe ici le livre d’or de la Ville de Lévis, le 16 mars 2015

En novembre 2009, le colonel honoraire retraité Jean Cauchy a reçu la médaille de l'Assemblée nationale au Manège militaire de Lévis, à l'occasion de la célébration du jour du Souvenir. Sur la photo, il est aux côtés de sa femme, Céline LeVallée, avec qui il a eu trois enfants et cinq petits-enfants, et de Gilles Lehouillier, alors député de Lévis, qui lui a remis la décoration.


Jean Cauchy retourne aussi aux études à la Faculté de commerce de l’Université Laval et il obtient une maîtrise en science commerciale. Par la suite, il choisit de faire carrière dans le commerce et les relations publiques. Après avoir occupé différents postes, allant de gérant de magasin chez Gagnon & frères (Chicoutimi), à directeur des relations publiques et de la publicité à la compagnie Paquet (Québec), puis à la Davie Ship Building (Lévis), il ne prend sa retraite qu’à l’âge de 70 ans, alors qu’il est encore en parfaite condition physique.

Alors que d’autres n’aspireraient qu’à un repos bien mérité, ce héros tranquille rêve encore de voler. En 2015, il aimerait aller se recueillir une dernière fois sur la tombe de son frère, à Amersfoort, tout près d’Amsterdam, lors du 70e anniversaire de la victoire des Alliés sur l’Allemagne nazie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Vendredi 15 décembre 2017
Du 15 au 16 décembre 2017
Samedi 16 décembre 2017
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X