PUBLICITÉ

Gravir de nouveaux sommets pour la recherche en neurochirurgie

26 mai 2017 - Par Paméla Egan

Une partie de l’équipe de neurochirurgie pose en compagnie de Marie-Claude Paré, présidente et chef de la direction de la Fondation du CHU de Québec, Steve McAllister, jeune porte-parole du défi qui a surmonté un AVC en 2014, Frédéric Soucy, vice-président de COGIR, et Gertrude Bourdon, PDG du CHU de Québec‒Université Laval. ©Luc Montminy

L’argent est sans contredit le nerf de la guerre dans bien des domaines et la recherche en neurochirurgie n’échappe pas à cette règle. C’est pourquoi, au lieu d’attendre passivement les subventions qui peuvent parfois prendre des années à arriver, le Dr Léo Cantin, neurochirurgien et chef du département des sciences neurologiques du CHU de Québec‒Université Laval, a décidé d’agir. Voici un nouveau volet dans notre série de reportages consacrés à des médecins qui en font plus que leurs patients demandent.

En 2011, il a eu l’idée de créer une activité de financement bien originale, qui est d’ailleurs devenue un rendez-vous annuel depuis : le Kilimandjaro à Québec. D’autres médecins se sont rapidement joints au comité organisateur, notamment le Dr Jérôme Paquet, neurochirurgien spinal et chef du service de neurochirurgie du CHU de Québec‒Université Laval, ainsi que le Dr Michel Prud’homme, neurochirurgien en neuro-modulation.

JPEG - 185 ko
L’instigateur du Kilimandjaro à Québec, le Dr Léo Cantin.

Qu’est-ce que le Kilimandjaro à Québec ?

Le Kilimandjaro à Québec, ce n’est pas un groupe de personnes qui souhaite faire l’ascension du mont Kilimandjaro en Afrique. Le Kilimandjaro à Québec, ce sont plutôt des équipes de six à 10 personnes qui gravissent à 60 reprises les 487 marches du grand escalier du Parc de la Chute-Montmorency, ce qui équivaut à la hauteur de 5 892 mètres du mont Kilimandjaro. Cette activité vise à recueillir des fonds pour la recherche en neurochirurgie, comme les douleurs chroniques, les tumeurs, les traumas ou encore, les troubles du mouvement tels que le Parkinson, pour ne nommer que quelques aspects de cette vaste science.

« Le Kilimandjaro à Québec, c’est non seulement un défi sportif, mais également un défi humain, réalisable à la mesure de chacun, explique le Dr Cantin. Il s’agit également d’un moment de retrouvailles entre les patients et les équipes médicales et une occasion de réseautage. »

Cette année, la Fondation du CHU de Québec espère amasser 140 000 $. « Nous avons bon espoir de dépasser cet objectif, car d’année en année, le défi gagne en popularité », ajoute le Dr Prud’homme. Le nombre de participants a d’ailleurs doublé depuis la première édition. Ainsi, plus de 700 participants répartis dans 73 équipes sont attendus pour mettre leurs mollets à l’épreuve le 10 juin prochain. Même les jeunes âgés de 12 ans et moins sont invités à participer à la 2e édition du Mini-Kili.

JPEG - 175.2 ko
Le Dr David Mercier, neurochirurgien, Steve Ferland, porte-parole du 7e Kilimandjaro à Québec, le Dr Jérôme Paquet, neurochirurgien spinal et chef du service de neurochirurgie du CHU de Québec‒Université Laval, Marie-Claude Paré, présidente et chef de la direction, Fondation du CHU de Québec, et Karine Soucy, conjointe de Steve Ferland.

Le visage de la neurochirurgie

À l’image du grand escalier du Parc de la Chute-Montmorency, les avancées en neurochirurgie se font une marche à la fois. Lentement, mais sûrement. Certaines histoires sont plus miraculeuses que d’autres, comme celle de Steve Ferland, le porte-parole de ce 7e Kilimandjaro à Québec. Le père de trois jeunes enfants a subi un grave accident lors d’une partie de baseball le 6 septembre 2016, causant l’éclatement de la cinquième vertèbre de sa colonne cervicale. Le Dr Paquet a réalisé une chirurgie spinale sur 360 degrés. Sept jours après l’opération, Steve Ferland avait retrouvé l’usage de ses jambes et de ses bras. Il pouvait même marcher ; du jamais-vu ! L’homme, qui poursuit présentement sa réadaptation, participera avec ses proches au Kilimandjaro à Québec.

« Le soutien des donateurs de la Fondation du CHU de Québec est primordial pour nos équipes médicales et de recherche. C’est une aide financière inestimable, qui nous aide à repousser les limites de la médecine et à améliorer constamment la qualité de vie de nos patients », conclut le Dr Paquet.


7e Kilimandjaro à Québec
Samedi 10 juin
Parc de la Chute-Montmorency
Pour plus de détails sur l’activité ou pour contribuer à la cause, rendez-vous sur www.fondationduchudequebec.ca

PUBLICITÉ
X