PUBLICITÉ

FEMMES D’AUDACE - Caroline Boilard, de l’agronomie à l’entrepreneuriat

1er juin 2018 - Par Gilles Levasseur

© Marjorie Roy, Optique Photo

Si son conjoint, Jérôme Côté, a grandi et toujours travaillé dans la construction — son père était charpentier-menuisier —, Caroline Boilard, directrice générale et copropriétaire de Construction Maurice Bilodeau, n’avait pas du tout envisagé cette avenue professionnelle dans son choix de carrière.

Agronome de formation, elle aimait beaucoup travailler dans le concret des champs avec des producteurs agricoles. Aussi s’est-elle fait plusieurs fois tirer l’oreille à partir de 2008 pour se convertir à l’entrepreneuriat lorsque son époux s’est associé à Marc Vaillancourt — neveu du fondateur — à la direction de Construction Maurice Bilodeau. Aujourd’hui, après une transition de plusieurs années, le couple est le troisième à diriger l’entreprise créée en 1972 par celui qui lui a légué son nom.

Caroline Boilard est un éloquent exemple d’une femme aux multiples sphères d’expression. De sa passion pour l’agronomie elle a conservé ses poules et son grand jardin. Cette mère de quatre enfants âgés de 6 à 15 ans a la conciliation famille-travail tatouée sur son quotidien de dirigeante d’une entreprise employant une trentaine de travailleurs. Ajoutons à cela une implication dans la communauté : elle a été présidente d’un conseil d’établissement scolaire pendant une décennie et elle siège toujours au C.A. de la Chambre de commerce de Lévis. Elle a également formé, avec d’autres entrepreneures, le réseau Construct’Elles, lequel regroupe une trentaine de femmes d’influence du domaine de la construction, qui partagent leur réalité. « Il y a plus de femmes qu’on pense dans ce secteur d’activité, explique-t-elle, mais elles travaillent souvent dans l’ombre d’un conjoint entrepreneur. »

« Il y a plus de femmes qu’on pense dans ce secteur d’activité, mais elles travaillent souvent dans l’ombre d’un conjoint entrepreneur. »

Le couple a imprimé sa marque à partir de 2013 en revoyant, avec l’aide d’un coach d’affaires, toute la structure de l’entreprise. « Cette révision de nos façons de faire n’avait qu’un seul but, celui de faire honneur à la grande qualité de construction qui a toujours fait la réputation du fondateur. Dans le secteur résidentiel constituant la plus grande partie de nos activités, chacune de nos maisons est unique, jamais construite deux fois, et répond parfaitement aux goûts et besoins du client, que nous accompagnons tout au long du processus de construction. Jérôme et moi livrons nous-mêmes chaque résidence et y apposons notre signature distinctive. Nos clients habiteront leur demeure pendant une partie de leur vie, il est donc essentiel qu’ils s’y sentent le mieux possible. Si Maurice Bilodeau a été le premier à Québec à appliquer la norme Novoclimat 1, nous innovons à notre tour avec la version 2.0, ce qui nous assure de construire des résidences énergétiques et environnementales. »

Caroline Boilard tient à corriger cette impression que Construction Maurice Bilodeau n’évolue que dans le haut de gamme. « En réalité, nous pouvons relever tous les défis, du plus modeste au plus prestigieux, et pas seulement dans le secteur résidentiel, car nous touchons aussi au commercial. Cela dit, la rénovation est un créneau que nous développons davantage depuis quelques années dans le cadre de projets pouvant inclure l’augmentation de la superficie habitable et le refacing. »

Quand la pression professionnelle resserre son étau, Caroline Boilard l’évacue en s’adonnant à une autre de ses passions : la course à pied. Elle a déjà donné des cours de work-out trois fois par semaine et participé au Défi Montréal ‒ New York, une course à relais entre les deux métropoles. De plus, elle participe à quelques semi-marathons par année. « Une vie bien remplie ! », conclut-elle dans un éclat de

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 27 juin au 2 septembre 2018
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X