PUBLICITÉ

Essai du BlackBerry Z10

4 avril 2013 - Par Luc Pâquet, expert en technologie

Qui ne connaît pas les téléphones BlackBerry ? Ces appareils
ont d‘ailleurs été les premiers à être appelés des « téléphones
intelligents ». En 2013, où en est rendu ce fleuron canadien
dans le monde des technologies ?

Janvier 2013 : après des mois et des mois
d’attente, le fabricant du BlackBerry,
Research In Motion, nous arrive avec sa
révolution bien à lui : le BlackBerry Z10.
Je dis bien « sa » révolution, car l’appareil
ne fonctionne pas avec le système
d’exploitation Android comme plusieurs
assistants numériques personnels. De
plus, il n’a aucun lien, ni de près ni de
loin, avec les appareils d’Apple tels que le
iPhone.

Le BlackBerry Z10 est un appareil
comparable, sur le plan matériel, aux
autres assistants numériques personnels
(ANP) de l’industrie (dimension, appareil
photo, vitesse). Toutefois, ce qui le
distingue de ses concurrents, c’est son
système d’exploitation. Son interface
est tout à fait réussie. Sans être intuitive
comme celle d’un iPhone, sa manipulation
est extrêmement efficace si vous vous
donnez la peine d’en apprendre les
rudiments. En effet, le BlackBerry Z10
se manipule aisément d’une seule main.
Banal, me direz-vous ? Pas du tout.
J’ai aimé pouvoir lire mes courriels et
consulter mon agenda en déplacement,
sacs d’épicerie à la main. Écrire un court
message d’une seule main est aussi
possible grâce au clavier qui apprend
et prévoit ce que vous souhaitez écrire.
D’ailleurs, le BlackBerry Z10 devance
largement les autres ANP sur ce point.
Enfin, les « purs et durs » du clavier
physique seront heureux d’apprendre qu’un modèle spécial, le BlackBerry Q10,
proposera bientôt un clavier avec de
vraies touches.

Les BlackBerry ont toujours été très prisés
en entreprise. Une des raisons est leur
aspect sécuritaire lorsque l’appareil est
jumelé avec les serveurs BES (BlackBerry
Enterprise Server). Avec le Z10, BlackBerry
pousse encore plus loin la sécurité avec
la sortie du serveur BES10. Imaginez
deux téléphones en un ! D’un côté,
on trouve Facebook, jeux, courriels et
agenda personnel, et de l’autre, courriels,
agenda et contacts d’entreprise, outil de
clavardage sécurisé, et j’en passe !
C’est le Mini-Wheats du téléphone !
Les administrateurs informatiques
peuvent donc, à leur guise, effectuer une
gestion saine et sécuritaire de l’appareil
lorsqu’utilisé pour le travail, tout en
laissant l’utilisateur personnaliser son
appareil pour des fins personnelles. Petite
note intéressante : si vous êtes relié à
un serveur BES10, cette fonctionnalité
devrait être offerte sur les iPhone et
Android au cours des prochains mois.

En terminant, je recommande le
BlackBerry Z10 surtout aux gens en
entreprise qui ont des besoins bien précis
en ce qui concerne les logiciels. Le nombre
restreint de ces derniers n’en fait pas
encore un appareil grand public.

Tableau des résultats :

  • Émile (7 ans) :-|
  • Pas assez de jeux
  • Gabrielle (14 ans) :-)
  • Aime bien la rapidité du clavier
  • Marie-Josée  :-)
  • Courriel et agenda très simples et efficaces
  • Moi  :-)
  • Idée plus qu’intéressante d’avoir deux téléphones en un. Dix sur dix pour l’interface.

L’app du mois :

MagicPlan de la compagnie montréalaise
Sensopia. Prenez quelques photos
d’un espace. MagicPlan s’occupe de
mesurer et de dessiner votre plan.

*Merci à Bell Mobilité pour le prêt de l’appareil.

PUBLICITÉ
X