PUBLICITÉ

Essai de la nouvelle Mercedes Classe E Familiale

28 janvier 2011 - Par Frédéric Masse

Mercedes a vendu un million de voitures familiales depuis la sortie du premier modèle en 1977. Elle en vendra davantage grâce à la Classe E Familiale, un modèle où le confort surpasse nettement la performance sportive.

Mon essai de la toute nouvelle Mercedes Classe E Familiale a débuté sur une note de tempête de neige et de verglas. La transmission intégrale de série, appelée 4Matic par le constructeur allemand, tombait donc pile. Visiblement, j’allais en avoir besoin. Toutefois, comme la neige n’a cessé de tomber durant toute la semaine, je n’ai pu effectuer mes essais habituels en accélération, slalom, évitement d’obstacles et freinage. Mais qu’à cela ne tienne ! J’étais dans les conditions hostiles parfaites pour relaxer au volant.

D’abord, que dire de l’habitacle ? La finition est impeccable. C’est bien construit et surtout, agréable à regarder. Le système COMMAND, qui permet de régler la plupart des interactions (système stéréo, radio...) et réglages de la voiture, est relativement simple. Les constructeurs de voitures de luxe semblent redécouvrir qu’un bouton, directement accessible sur la planche de bord, est souvent la meilleure option. Les sièges supportent d’une manière admirable ; le siège conducteur multicontour, entièrement ajustable, est également offert en option et s’avère une véritable merveille. On y trouve également un système Harmon Kardon de 610 W avec 14 haut-parleurs et un toit panoramique

En ce qui a trait à la conduite, la Classe E Familiale procure un agréable sentiment de sécurité. Sur les routes enneigées, on se sent comme si tout ce qui se passait à l’extérieur ne pouvait nous atteindre : le froid, la neige et, à la limite, les autres conducteurs sur la route. C’est un sentiment que peu de voitures arrivent à susciter, mais les impressionnants équipements de sécurité dont elle dispose y sont certes pour quelque chose : freinage automatique en situation d’urgence, vision de nuit, neuf coussins gonflables, caméra de recul, système qui détecte si l’on s’endort au volant, régulateur automatique de vitesse, détecteur pour les angles morts et de sortie de voie… Bref, tout est pensé pour renforcer ce sentiment de sécurité.

Avec une longueur totale de 4,90 mètres, il n’est guère surprenant qu’il y ait beaucoup de place à l’arrière, tant pour les passagers que pour le rangement. Même les personnes de grande taille y trouveront leur compte. Seul petit hic : le dossier n’est pas ajustable. Les adultes comme les enfants apprécieront également les deux écrans situés derrière les sièges, lesquels permettent de diffuser des contenus différents. Et à l’arrière de cette banquette se trouvent d’étonnants sièges rabattables pour deux enfants (d’une taille et d’un poids maximaux de 140 cm et 50 kg), un filet protecteur et un hayon électrohydraulique de série. Mercedes a aussi doté la E Familiale d’une suspension arrière qui s’ajuste automatiquement (grâce à des ressorts pneumatiques) pour demeurer à la même hauteur, peu importe le poids mis dans le coffre, et qui peut supporter 450 kilos de charge utile : une bonne idée. D’ailleurs, la Classe E propose 1 950 litres d’espace de chargement lorsque la banquette est abaissée et 650 litres dans le cas contraire. Qui plus est, la banquette arrière s’abaisse en un tournemain.

La familiale propose des réglages de suspension ainsi que des barres de torsion plus fermes afin de ne pas handicaper la conduite par rapport à la berline (puisque le poids de la familiale est plus imposant). Cela dit, la E est moins vivante à conduire et sa direction laisse plutôt place au confort et à la contemplation. Mais je dois avouer que ça convient parfaitement au type de voiture. Il est assez rare que l’on veuille faire de la haute voltige au volant d’une familiale… sauf si on est un chroniqueur automobile pendant une tempête de neige !

La traction intégrale 4Matic est d’une exceptionnelle efficacité. Aidée par de bons pneus et par les différents systèmes de contrôle de traction, la voiture reste droite et solide devant l’adversité. Sur la neige, elle accomplit un excellent travail, ce qui ne veut pas dire qu’elle offre des performances équivalentes sur une surface sèche ; ce que je n’ai malheureusement pas pu tester.

Pour ce qui est de la mécanique, une seule version a fait le saut chez nous, soit la 350 4Matic. Dotée d’un V6 de 3,5 litres de 268 chevaux, cette mécanique possède une puissance suffisante pour ce type de voiture, qui met l’accent sur le confort. Elle est d’ailleurs accompagnée d’une transmission à sept rapports d’une douceur absolument remarquable, qui fait en sorte qu’on ne sent tout simplement pas les changements de vitesse. Enfin, Mercedes annonce une consommation d’essence fort raisonnable pour une voiture de cette taille avec une traction intégrale, soit 12,8 litres en ville et 8,6 sur la grande route. Il faut toutefois l’abreuver avec du super. Ça, c’est un peu moins super…

Fiche technique

  • Modèle d’essai : Mercedes Classe E 350 4Matic Familiale
  • Prix de base : 66 900 $
  • Prix du modèle essayé : 74 300 $
  • Moteur : V6 de 3,5 litres de 268 chevaux à 6 000 tours/minute et 258 lb-pi de 2 400 tr/min à 5 000 tr/min
  • Transmission : automatique à sept rapports, palettes de changement de vitesse

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 27 juin au 2 septembre 2018
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X