PUBLICITÉ

Dre Amélie Dumas, chirurgienne plastique

13 décembre 2013 - Par Gilles Levasseur

Le désir d’aider les gens

« Quand j’opère quelqu’un, j’essaie le plus possible de me mettre à sa place, explique la Dre Amélie Dumas, chirurgienne plastique. Je pratique des chirurgies tous les jours, et c’est mon quotidien. Mais chacun de mes patients ne vivra son intervention qu’une seule fois dans sa vie. Il est donc primordial que tout se passe pour le mieux. J’aime l’idée d’aider les gens à atteindre leur propre idéal de beauté. » 

À n’en point douter, Amélie Dumas se sent entièrement concernée par la relation professionnelle et personnelle qu’elle établit avec chaque patient. « Bien plus qu’une entreprise, je vois davantage mon travail comme une implication humaine », insiste-t-elle.

Mue par un profond souci du détail, elle a aussi le goût des choses très bien faites, des qualités intrinsèques aux règles de l’art de la chirurgie esthétique. L’humilité à fleur de peau, elle ne peut s’empêcher de rougir lorsque son adjointe, Anne Journeault, qui en a vu d’autres pendant une décennie comme infirmière en milieu hospitalier, révèle qu’au dire de plusieurs, sa patronne a « des doigts de fée »…

Une question d’équilibre…

La réalité des hôpitaux, Amélie Dumas la connaît bien puisqu’elle est directrice médicale à l’unité des grands brûlés de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus. Après sa formation universitaire à Québec et Montréal, elle s’est surspécialisée en Belgique et en France en vue d’acquérir une expertise particulière lui permettant de pratiquer, dans les hôpitaux universitaires, la reconstruction générale, la chirurgie de la main et la reconstruction mammaire.

En plus d’être chargée d’enseignement clinique en chirurgie plastique à l’Université Laval, elle travaille également à l’Hôpital du Saint-Sacrement, à quelques rues duquel elle a ouvert, au printemps dernier, sa clinique privée à la Cité Verte. Il s’agit de l’ancienne école de puériculture occupée jadis par les soeurs du Bon- Pasteur, bâtisse convertie en immeuble de bureaux abritant notamment une clinique médicale et un centre de radiologie.

« J’aime les endroits riches d’histoire, dit-elle… Et le fait de partager ma pratique entre l’esthétique et les cas hospitaliers plus sérieux m’apporte un bel équilibre, car ma présence à l’hôpital me garde davantage en contact avec une autre facette de la chirurgie plastique, une immersion empathique qui me sert également dans mes interventions privées en me permettant de relativiser les choses. Je me retrouve pleinement dans ces deux façons d’aider autrui. »

« J’aime l’idée d’aider

les gens à atteindre

leur propre idéal de

beauté. »

 

Une clinique moderne et accueillante

Après quelques années de pratique, la demande grandissante l’a convaincue de s’ouvrir un bureau privé et la Cité Verte s’est avérée le choix idéal. « Cette clinique me ressemble ; j’ai choisi la personnalité des lieux. J’avais envie que les gens s’y sentent à l’aise autant que je le suis. »

La Dre Dumas couvre d’ailleurs bien des aspects de la chirurgie esthétique. Effectuées à l’hôpital ou dans des salles d’opération privées ultramodernes, les interventions aux seins et à l’abdomen, comme les redrapages ou les augmentations mammaires, sont les plus demandées. Les chirurgies du visage, du cou, des bras et des cuisses sont aussi des consultations courantes.

Par ailleurs, un système informatisé des patients optimise la qualité des services, tandis que la configuration des locaux assure toute la confidentialité souhaitée. « Je peux aussi compter sur l’étroite collaboration de mon adjointe Anne Journeault, véritable bras droit, dont l’expérience en soins infirmiers est irremplaçable pour m’assister dans mes tâches et effectuer un suivi attentionné et personnalisé. Oui, ma profession et mes patients me tiennent beaucoup à coeur. Nous les accompagnons et les soutenons tout au long du processus. »

 

Une implication communautaire

« Aider les gens à se sentir mieux dans leur corps m’apporte une profonde satisfaction. Et dans une perspective plus large, je sens en moi un devoir de retourner à la société ce qu’elle m’a donné, de rendre service aux personnes qui en ont besoin. C’est pour moi une très belle façon de faire partie de ma communauté. »

 

La Cité Verte
1200, rue des Soeurs-du-Bon-Pasteur, porte 340, Québec
Tél. : 418 914-2422
Courriel : info@dredumas.com
Site Web : dredumas.com

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X