PUBLICITÉ

Des promesses, des promesses…

11 décembre 2013 - Par Pierre Paul-Hus

Durant la fin de semaine du 30 novembre, j'ai participé, comme mentor, au tournage d'une émission de télévision qui mettra en valeur des dizaines de commerçants de Lac-Mégantic, pour qui la vie a basculé le 6 juillet dernier. La plupart d’entre eux ont en effet vu leur commerce littéralement soufflé par l'explosion, laquelle a du même coup provoqué plusieurs dommages collatéraux dans leur vie. Encore aujourd’hui, ces gens d’affaires ainsi que tous ceux qui se trouvent en périphérie de la « zone rouge » subissent les contrecoups de cette tragédie. 

Cette rencontre fut, à mes yeux, bien plus une expérience d'humilité qu'une tribune pour dire à ces commerçants ce qu’ils doivent faire pour s’en sortir. Je me suis surtout évertué à les écouter avec respect, en les regardant droit dans les yeux. Du propriétaire de comptoir de crème glacée mi-centenaire au dirigeant d'un énorme entrepôt, en passant par les coiffeuses, les dentistes, les restaurateurs… tous m’ont épaté. J’ai vu défiler devant moi une communauté qui se relève avec bravoure d’une tragédie sans précédent et qui fait preuve d’une résilience hors de l’ordinaire. 

Mon constat fut donc celui-ci, après deux jours consacrés à mieux saisir l'ampleur de la situation : Lac-Mégantic est prête à rebondir et ne demande pas mieux que d'être appuyée dans ses efforts pour renaître de ses cendres. Bien que la population se sache victime, elle n’est pas du genre à se plaindre et à quémander.

C’est la raison pour laquelle certaines histoires que j’ai entendues au cours de mon séjour là-bas m’ont rendu mal à l’aise, pour ne pas dire choqué. Disons que j’ai eu accès à l’autre côté de la médaille, au côté obscur des choses…

Cette tragédie fut en effet le théâtre de nombreuses promesses non tenues et de refus d’aide, alors que des solutions fort simples auraient pu être mises en place pour secourir des commerçants en détresse. Durant la crise, devant les caméras des réseaux de nouvelles en continu, plusieurs groupes ont joué au Robin des bois, mais une fois les caméras éteintes, ces groupes sont retournés chez eux en oubliant de « livrer la marchandise ». Des jeux de pouvoir malsains sur le plan politique auraient aussi freiné l’aide gouvernementale. À mes yeux, la population de Lac-Mégantic a donc été victime deux fois plutôt qu’une.

Dans cet éditorial, je me permets de faire état de cette situation, pour que les gens concernés aient une deuxième chance de remplir leurs promesses. Je vous invite d’autre part à lire le reportage en page 24, qui raconte le tournage d’une émission très touchante que vous aurez la chance de voir en janvier 2014 sur les ondes de VTélé : LacMegantic.tv. À l’approche du temps des Fêtes, ayons une pensée pour les disparus dans cette tragédie… et pour tous ceux et celles qui restent et honorent leur mémoire avec courage.

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X