PUBLICITÉ

CLASSE AFFAIRES NOVEMBRE 2019

Conseil consultatif : un apport qui a un effet réel

1er novembre 2019 - Par Johanne Martin

Le succès et la pérennité d’une entreprise passent en grande partie par une saine gouvernance. Selon le stade de développement de l’organisation, les dirigeants sont souvent dans le feu de l’action et parviennent parfois difficilement à prendre du recul. C’est ici que l’apport d’un conseil consultatif peut faire avancer les choses.

« Un comité consultatif est composé de personnes compétentes, qui ont des expertises complémentaires et dont le rôle consiste à conseiller la direction d’une entreprise, établit d’emblée Me Céline Plante, avocate et vice-présidente du bureau de Québec chez Joli-Cœur Lacasse. Leur champ d’intervention peut être très large et toucher tant la stratégie d’affaires, le développement de produits ou de services, leur mise en marché et les enjeux financiers que tout autre type de questions. »

JPEG - 691.5 ko

« Le comité rend possible la validation de ses stratégies tout en permettant à la direction de demeurer décisionnelle. Il arrive qu’il y ait des “angles morts” ; le conseil peut amener des pistes de réflexion, faire économiser un temps très précieux et éviter des erreurs coûteuses. » ‒ Me Céline Plante, avocate et vice-présidente du bureau de Québec chez Joli-Cœur Lacasse.

Avant d’implanter un conseil consultatif, il importe de bien évaluer les besoins de l’entreprise selon sa phase de développement. Est-on en démarrage ou en période de croissance ? S’agit-il d’une entreprise mature ? Cette première étape permet notamment d’opter pour le mode de gouvernance approprié. Un comité consultatif aura un pouvoir de recommandation, alors qu’un conseil d’administration est décisionnel et a des obligations légales.

Marche à suivre et avantages

« Dans le cadre de la formation d’un comité consultatif, on doit considérer le nombre de membres à recruter et les sélectionner en fonction de compétences et d’expertises qui se complètent pour les besoins de l’entreprise afin de créer un bon équilibre. Il faut également savoir trouver ces gens à travers différents réseaux, s’assurer de leur indépendance, de leur compatibilité entre eux et avec la direction, vérifier leur disponibilité et prévoir une rémunération ou des jetons de présence », suggère Me Plante.

Parmi les avantages liés à la mise en place d’un comité consultatif, on note le fait de pouvoir profiter des connaissances et des réseaux de contacts de ses membres. « Le comité rend possible la validation de ses stratégies tout en permettant à la direction de demeurer décisionnelle. Il arrive qu’il y ait des “angles morts” ; le conseil peut amener des pistes de réflexion, faire économiser un temps très précieux et éviter des erreurs coûteuses », souligne la juriste.

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 15 au 23 novembre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X