PUBLICITÉ

Clinique du Dr Patrick Giroux Maxillo

10 février 2015 - Par Frédérick Masson

Le patient avant tout

Au début du XVIIe siècle, les places publiques et les foires étaient remplies de présumés dentistes sans scrupule qui offraient de nombreux services, notamment en matière d’extraction dentaire indolore, donnant ainsi naissance à l’expression « Mentir comme un arracheur de dents ». Heureusement, les temps ont beaucoup changé !

Les chirurgiens buccaux et maxillo-faciaux sont une référence en ce qui a trait à l’extraction de dents de sagesse, aux implants dentaires ainsi qu’aux chirurgies impliquant les mâchoires. Pour obtenir le titre de chirurgien buccal et maxillo-facial, un dentiste généraliste doit réaliser, à la suite de l’obtention de son diplôme universitaire de premier cycle, une résidence en milieu hospitalier (multidisciplinaire et spécifique) pour un minimum de six ans. Pendant le long processus menant à sa certification, il verra à maîtriser surtout les notions de chirurgie générale, de soins d’urgence, de soins intensifs, de médecine interne, de pathologie, d’anesthésie et de chirurgie plastique. Son expertise chirurgicale, ainsi que sa compréhension profonde de la fonction et de l’esthétique de la bouche, des dents, des mâchoires et du visage, lui permettront finalement d’établir des diagnostics précis, mais aussi de bien les gérer par le recours aux traitements appropriés.

C’est justement cette grande diversité d’actes chirurgicaux qui a amené le Dr Patrick Giroux à bifurquer vers cette spécialité. Agile de ses mains et passionné de sa profession, il voyait dans cet impératif jumelage des connaissances théoriques et techniques une niche professionnelle plus qu’intéressante, d’autant plus qu’elle était accompagnée d’un volet permettant de modifier l’apparence des gens.

« Réparer une dent, c’est bien. Mais l’aspect chirurgical, que ce soit pour corriger un trouble à la naissance ou une situation survenue à la suite d’un accident, par exemple, est quelque chose d’extrêmement stimulant. Non seulement s’agit-il de reconstruire le physique, mais l’acte joue un rôle primordial sur le plan moral. Le sentiment de pouvoir redonner le sourire, l’éclat, la confiance et la beauté à quelqu’un qui croyait les avoir perdus à jamais est indescriptible », explique le principal intéressé.

Après une dizaine d’années de pratique en tant que chirurgien buccal et maxillo-facial, le Dr Patrick Giroux ouvre sa propre clinique privée en juin 2014. Bien qu’il partage encore aujourd’hui son temps entre celle-ci et sa pratique publique en milieu hospitalier au CHU de Québec, il peut désormais exercer sa passion à sa façon, c’est-à-dire en favorisant une approche personnalisée où le patient bénéficie non seulement d’un contact direct avec son chirurgien, mais aussi d’un suivi individualisé, avant, pendant et après l’intervention.

Située dans le secteur Lebourgneuf, la Clinique du Dr Patrick Giroux Maxillo compte sur une équipe de professionnels qualifiés et à l’écoute, mais aussi sur des équipements à la fine pointe de la technologie. Un petit tour du proprio a permis de visiter la salle réservée aux chirurgies, laquelle se veut une véritable suite opératoire digne des plus grands centres hospitaliers. « Tout a été pensé en fonction du patient et ses besoins en lien avec son intervention : le confort de ce dernier, celui de ses accompagnateurs ainsi qu’un suivi clair et efficace avec les professionnels référents le cas échéant », admet le diplômé de l’Université Laval, qui a été reçu fellow et examinateur du Collège royal du Canada dans sa spécialité.

Qu’est-ce que la chirurgie buccale et maxillo-faciale ?

Au nombre des dix spécialisations de la médecine dentaire reconnues par l’Ordre des dentistes du Québec, la chirurgie buccale et maxillo-faciale comprend le diagnostic et le traitement chirurgical et auxiliaire des troubles, des maladies, des blessures et des anomalies affectant les aspects fonctionnels et esthétiques des tissus durs et mous des régions et des structures de la bouche (buccal), des mâchoires (maxillo) et du visage (facial).

Pourquoi avoir recours à un chirurgien buccal et maxillo-facial ?
Extraction dentaire, particulièrement les dents de sagesse ;
Implants dentaires ;
Apnée du sommeil et ronflement ;
Trouble masticatoire ;
Pathologie buccale (lésions, kystes, biopsies, etc.) ;
Microchirurgie ;
Chirurgie orthognatique (repositionnement des mâchoires) ;
Greffe osseuse ;
Traumatologie.

À titre illustratif, la profession de chirurgien buccal et maxillo-facial se situe à mi-chemin entre la chirurgie médicale traditionnelle et la dentisterie générale. Le bagage de connaissances de ceux et celles qui exercent la profession émane à la fois des savoirs dentaires, médicaux et chirurgicaux, qui font d’eux de véritables hybrides. Les actes pratiqués exigent non seulement la parfaite maîtrise des aspects théoriques et pratiques, mais aussi énormément de précision, de concentration, de dextérité et de confiance.

Grâce à ses techniques chirurgicales et anesthésiques, le chirurgien maxillo-facial pourra minimiser les risques chirurgicaux tout en optimisant le confort du patient.

Contrairement à certaines spécialités médicales, aucune rencontre préalable avec un médecin n’est nécessaire pour consulter un chirurgien buccal et maxillo-facial. Un patient peut décider d’emblée et par lui-même de consulter le spécialiste pour que ses soins chirurgicaux bucco-dentaires soient effectués par ce dernier. Néanmoins et dans bien des cas, les dentistes généralistes et les dentistes spécialistes vont travailler de pair afin d’assurer aux patients des soins professionnels de qualité.

Martine Gilbert, Dr Patrick Giroux, Marilyne LeducIsabelle Boudreau et Francine Gosselin.

 

Quelques mythes concernant la chirurgie buccale et maxillo-faciale

1. Les chirurgies buccales et maxillo-faciales sont douloureuses et anxiogènes

Faux. La majorité des interventions sont réalisées sous anesthésie locale, donc sont indolores. Les chirurgies plus importantes sont réalisées en milieu hospitalier sous anesthésie générale. De plus, avec la sédation consciente proposée par le chirurgien dans le cadre de sa pratique privée, le confort, le contrôle des phobies et la gestion du stress lors de l’intervention évitent la répétition d’expériences négatives vécues par le passé.

2. L’extraction des dents de sagesse n’est pas une nécessité, mais plutôt une mode.

Faux. L’extraction des dents de sagesse est une conséquence directe de l’excellent travail de prévention dentaire actuel. En effet, comme les dents sont conservées en santé plus longtemps, on se retrouve souvent avec une trop imposante masse dentaire pour l’espace disponible au sein de la mâchoire. En raison de l’augmentation de la densité de l’os et de la proximité grandissante du nerf alvéolaire dues à l’âge, l’extraction devrait idéalement avoir lieu entre 14 ans et 20 ans, mais surtout avant 30 ans pour minimiser les risques. Une dent de sagesse incluse peut également engendrer diverses pathologies, dont des kystes, des infections ou d’autres pathologies. Dans le cadre des traitements orthodontiques, on recommande l’extraction des dents de sagesse pour prévenir toute récidive de mouvement.

3. Seuls les hommes peuvent souffrir d’apnée du sommeil

Faux. Selon les statistiques, un adulte sur six est atteint d’apnée légère du sommeil. Cette dernière peut affecter les hommes, les femmes et les enfants de tous âges. La plupart des personnes ne savent pas qu’elles en souffrent ; en conséquence, elles ne sont pas traitées. Plusieurs facteurs favorisent l’apnée du sommeil. Parmi ceux-ci, on retrouve principalement la forme du visage et du cou, la dimension des voies respiratoires supérieures, l’âge, un surplus de poids, les allergies respiratoires, la consommation d’alcool ou de médicaments et le tabagisme.

INFORMATION
Clinique du Dr Patrick Giroux Maxillo
5600, boulevard des Galeries, bureau 210, Québec
Tél. : 418 717-6865
Courriel : info@drgirouxmaxillo.com
Site Web : drgirouxmaxillo.com

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X