PUBLICITÉ

Clinique d’Endodontie de la Capitale

3 mars 2015 - Par Frédérick Masson

Pour que les mots « traitement de canal » et « expérience positive » soient réunis dans une même phrase

Maintenir une pratique spécialisée et avant-gardiste basée sur la science reconnue, tout en s’assurant de faire passer la santé dentaire du patient en priorité : voilà l’objectif poursuivi quotidiennement par la Dre Marie Gosselin et son équipe de la Clinique d’Endodontie de la Capitale.

Installée depuis 2008 dans le secteur Lebourgneuf, où elle a tissé sa toile en collaborant avec les divers spécialistes du secteur pour mieux répondre aux diverses problématiques des patients, la Clinique d’Endodontie de la Capitale fait figure de référence dans son domaine.

Au total, ce sont plus de 1 700 pieds carrés qui sont consacrés à cette spécialité dentaire reconnue qu’est l’endodontie. La clinique est munie de salles opératoires où règnent en maîtres des équipements spécialisés : microscopes, caméras, radiographie numérique, tomographie assistée par ordinateur, équipements sur mesure pour l’endodontie… Une simple visite suffit pour constater les différences entre cette pratique spécialisée et une pratique générale, rapportent les patients.

Appareil de tomographie assistée par ordinateur (radiographie 3D)

Centre névralgique des opérations, auquel s’est ajouté en mars 2014 un second point de service sur le boulevard Laurier, la clinique Lebourgneuf mise sur l’expertise de sa propriétaire, la Dre Marie Gosselin, et du Dr Christian Morasse, endodontiste nouvellement diplômé (2014) de l’Université de Boston. Du propre aveu de ce dernier, jamais il n’aurait cru qu’une spécialisation allait lui permettre d’apprendre autant.

« Choisir de consulter un endodontiste, c’est d’abord et avant tout opter pour l’expertise, l’efficacité, la disponibilité et les technologies les plus avancées. Par notre spécialisation, nous sommes les mieux placés pour diagnostiquer les douleurs d’origine dentaire et proposer les traitements appropriés », mentionne la Dre Gosselin, diplômée en 2007 de l’Université de Boston.

Taux de succès des endodontistes :
Traitement de canal : de 95 à 97 %
Retraitement : plus de 90 %
Apectomie : entre 92 % et 97 %

 

Traitements assurés par les endodontistes

Les traitements prodigués par les endodontistes sont nombreux : revascularisation, réparation de résorption chirurgicale et non chirurgicale, traitement préprothétique, réimplantation intentionnelle, apexification, réparation de perforation… Les principaux traitements se classent en quatre grandes catégories. Afin d’en faciliter la compréhension, en voici un aperçu.

Thérapie endodontique : Le traitement endodontique, communément appelé traitement de canal, est assuré après qu’une anesthésie locale eut été administrée. La procédure se décline en quatre étapes de base, débutant par l’accès aux canaux de la dent en perçant une petite cavité au centre de la couronne de celle-ci, puis au nettoyage et à la mise en forme des canaux (de fins instruments, des limes, sont alors passés dans les canaux afin de les nettoyer et de déloger les bactéries qui s’y trouvent, dans le but d’éliminer l’infection). S’ensuit le scellement des canaux, procédure au cours de laquelle ces derniers sont obturés avec une tige de gutta-percha (une forme de caoutchouc) qui est cimentée en place afin d’éviter une réinfection. Enfin, l’ouverture réalisée au centre de la dent est refermée avec une obturation temporaire. À la suite d’un traitement de canal, une visite chez votre dentiste est nécessaire afin d’effectuer une obturation permanente ou une couronne en ce qui touche la dent traitée.

Retraitement endodontique : Il arrive parfois qu’une dent traitée endodontiquement ne guérisse pas adéquatement et devienne douloureuse par une réinfection survenant quelques mois ou quelques années après la procédure initiale. Cette situation peut être le résultat de conditions anatomiques (entre 3 % à 5 % des cas) ou encore, en raison d’un premier traitement inadéquat. Puisqu’il mise sur les outils à la fine pointe de la technologie et de connaissances plus poussées, l’endodontiste reprendra le traitement de façon orthograde, c’est-à-dire par la dent.

Apectomie : Aussi connue sous le vocable de « résection apicale », l’apectomie est l’intervention la plus classique en chirurgie endodontique. C’est la procédure dite « à l’envers » où une microchirurgie est réalisée à l’apex de la dent. Elle s’avère nécessaire lorsque l’inflammation ou l’infection persiste autour de l’extrémité de la racine de la dent après un traitement endodontique. Au cours de cette intervention, l’endodontiste pratique une incision de la gencive au-dessus de la dent pour découvrir l’os et éliminer le tissu infecté. L’extrémité de la racine (de 2 à 3 mm) est aussi éliminée et une petite obturation avec un matériau biocompatible doit être pratiquée pour sceller le canal. L’anesthésie locale rend cette intervention indolore et la plupart des patients reprennent une activité normale le jour suivant.

Apectomie réalisée sous microscope

Traumatisme dentaire : Le traumatisme dentaire est, la plupart du temps, le résultat d’un accident ou d’une blessure sportive. Le traitement différera selon la gravité des cas. Voilà pourquoi chaque incident ayant un impact sur les dents devrait faire l’objet d’un suivi auprès d’un endodontiste. Il suffit qu’un nerf de la dent soit atteint pour que la formation de la racine soit interrompue, causant par le fait même la mort de la dent et l’arrêt de la formation de la racine chez de jeunes patients. Grâce à ses équipements et à ses connaissances, l’endodontiste peut déceler ce type de problématique. Une dent dont la formation n’est pas complétée peut même faire état de procédures visant à permettre la régénération de la pulpe.

Quelques mythes concernant l’endodontie

À la suite d’un traitement de canal, la dent a tendance à changer de couleur.
Faux. Si une modification de la teinte s’opère, il est important de préciser que ce n’est pas à cause du traitement, mais plutôt en raison de la dégradation biologique ayant mené à la nécessité de ce dernier. Une dent bien nettoyée et bien scellée conservera la même couleur à la suite d’un traitement de canal.
Un implant est une bonne solution de remplacement au traitement de canal.
Faux. Rien ne remplace vraiment une dent naturelle. C’est pourquoi, à moins qu’elle soit fracturée ou que l’on ne puisse plus la restaurer, une dent naturelle ne devrait jamais être extraite. Le placement d’un implant est plus coûteux et requiert plus de procédures et d’interventions. Une dent traitée endodontiquement (traitement de canal) et dont la restauration est adéquate peut durer toute une vie.

 

Information
Clinique d’Endodontie de la Capitale - Lebourgneuf
1305, boul. Lebourgneuf, porte 306
418 614-ENDO
office@endodelacapitale.com

 

Clinique d’Endodontie de la Capitale - Sainte-Foy
2600, boul. Laurier, porte 875 (Tour de la Cité)
418 653-6377
office@endodelacapitale.com

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X