PUBLICITÉ

Cinq questions pour s’initier au scotch whisky

12 août 2019 - Par Eric Van Hove, Passion Whisky Québec

L’été avance et les soirées sont un peu moins chaudes. Avec des amis sur la terrasse ou autour d’un petit feu, c’est le moment idéal pour passer du cocktail tropical au whisky. Voici cinq sujets pour initier vos invités au whisky et démarrer les discussions.

1. Quelle est la différence entre un scotch et un whisky ?

Un « scotch » est un whisky (produit de la distillation de céréales) provenant de l’Écosse. Comme en anglais, on met l’adjectif avant le nom. Si on parle de whisky canadien, on dira en anglais Canadian whisky, et si on parle de whisky écossais, on dira donc Scotch whisky. Mais puisque le whisky écossais est connu et apprécié dans le monde depuis des décennies, pour ne par dire des siècles, on se permet de l’appeler par son « prénom » seulement : scotch.

2. Il fait chaud, est-ce que je peux mettre de la glace dans mon scotch whisky ?

À la base, la règle d’or est très simple : tu bois ton whisky comme tu le veux ! Ceci étant dit, c’est intéressant de savoir ce que l’ajout de glaces ou de pierres froides fait à votre whisky.

JPEG - 145.2 ko

En fait, c’est assez simple : la baisse de température anesthésie les goûts d’une boisson. Les amateurs de vin le savent bien, un vin rouge trop froid emprisonne ses saveurs. En plus, si on a refroidi notre liquide avec des glaces, celles-ci vont en fondant le diluer et donc, en abaisser le taux d’alcool. Un whisky plus bas de gamme, sans grand intérêt gustatif, qui a un fort goût d’alcool par exemple, pourra bénéficier de ce traitement choc et vous permettra de le boire sans grimacer. On peut même y ajouter une boisson gazeuse de son choix. En résumé, vous êtes peut-être mieux de ne pas prendre votre bouteille à 1500 $ pour boire sur la terrasse avec de la glace. Mais ce n’est que mon avis : rappelez-vous la règle d’or.

3. Est-ce que la couleur d’un scotch whisky est une indication de son âge ?

JPEG - 163.1 ko

Oui, en théorie… mais non, en réalité ! Désolé de vous l’apprendre, mais on ajoute dans la grande majorité des scotch whiskies du colorant alimentaire. Le caramel E150a est d’ailleurs le seul autre ingrédient permis dans la fabrication du scotch whisky à part les céréales, la levure et l’eau.

Évidemment, aucun producteur ne se vante de cet ajout de couleur et il est impossible de connaître les quantités utilisées. Ils le font malheureusement, parce que la majorité des gens pense qu’un whisky foncé est plus vieux, a plus de goût et est de meilleure qualité. Mais vous qui êtes maintenant au courant de cet ajout, sachez que vous pouvez rechercher les mentions « Natural Color » ou « Uncolored » sur les emballages et les bouteilles. Avec ces produits, par leur couleur, vous pourriez avoir un indice sur le type de baril dans lequel il a vieilli et sur son âge.

En théorie, plus un whisky est vieux, plus il est foncé. Mais comme un vieillissement de 10 ans en fût de bourbon ne teintera pas le whisky autant qu’un fût de sherry après trois ans, il est facile de se tromper, même sans ajout de colorant. Donc, peu importe le produit, ne sautez pas trop rapidement aux conclusions en regardant sa couleur : elle n’est pas, par défaut, une indication de son âge et certainement pas une indication de sa qualité.

4. Est-ce qu’un « single malt » est meilleur qu’un « blend » ?

Un whisky est fait de céréales (maïs, avoine, orge, blé, seigle). En gros, les whiskeys américains sont faits principalement de maïs, les whiskies canadiens ont fait historiquement une grande place au seigle (rye) et les whiskies écossais utilisent principalement de l’orge maltée (malted barley). Un « single malt scotch whisky » est fait uniquement d’orge maltée et le whisky provient d’une seule distillerie (d’où le « single »). Un « blended scotch whisky » est un mélange de plusieurs céréales pouvant provenir de plusieurs distilleries.

Lequel est le meilleur ? Ça dépend simplement de vos goûts. Le fait que ce soit un blend ou un single malt n’est absolument pas une indication de qualité, mais plutôt une description de ce que contient le produit. Plusieurs blends sont de très bonne qualité et auront un goût riche et complexe. Comme leur méthode de fabrication permet des économies significatives de coût par rapport au single malt, plusieurs blends sont malheureusement des produits sans aucun intérêt destinés seulement à ceux qui veulent prendre de l’alcool le moins cher possible. Goûtez et trouvez vos préférences, il y en a pour tous les goûts.

5. Les trois règles d’or pour entreposer ses bouteilles de whisky

1- Toujours à la verticale. Contrairement au vin, on veut éviter le contact de l’alcool avec le bouchon de liège.
2- Il faut éviter complètement la lumière du soleil sur la bouteille. C’est le pire ennemi du whisky.
3- Garder vos bouteilles idéalement dans un endroit relativement frais où il n’y a pas trop de variations de température.

Il faut savoir qu’un whisky non ouvert et bien entreposé n’aura théoriquement aucun changement de goût sur 10, 20, 30 ou même 40 ans. Et si vous avez une bouteille ouverte, le produit ne deviendra pas impropre à la consommation comme le fait le vin après un certain temps. Par contre, il pourra à travers les mois et les années avoir une variation plus ou moins grande de goût et devenir une pâle représentation de ce qu’il était à l’origine.

Vous avez des questions ? N’hésitez pas à m’envoyer un message, il me fera plaisir de vous répondre.


JPEG - 126.5 ko

À propos d’Eric Van Hove

Eric Van Hove est notre collaborateur whisky pour Prestige. C’est un passionné de scotch whisky et le fondateur de Passion Whisky Québec, le seul site québécois qui organise des groupes d’importations privées de whisky. Il est aussi organisateur et animateur d’événements et de dégustations privées ainsi que collaborateur whisky pour Alfred.

Pour suivre Passion Whisky Québec :
Sur Facebook
Sur le Web
Sur le site Alfred

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Du 15 au 23 novembre 2019
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X