PUBLICITÉ

Carafe ou aérateur à vin ?

1er juin 2015 - Par Philippe Lapeyrie, sommelier et chroniqueur

« Est-ce que je serais mieux d’acheter un aérateur à vin ou une carafe ? » Cette question m’est fréquemment posée et je vais utiliser les prochaines lignes de cette chronique « vino » mensuelle pour candidement y répondre.

Le rôle premier de l’utilisation de ces deux instruments est de donner de l’air au vin ; le faire respirer, l’aérer ou l’oxygéner, pour l’« ouvrir ». En lui offrant de l’oxygène, vous briserez les molécules, rendrez les alcools volatiles, libérerez les arômes et donnerez surtout un bon coup de main au produit pour qu’il s’exprime mieux par la suite. Il sera plus ouvert sur le plan olfactif et plus agréable en dégustation.

L’avantage de l’aérateur par rapport à la carafe est certes son côté pratique. Il facilite le service, permet d’aérer les vins (qui en ont besoin) un verre à la fois, pour ainsi conserver le reste de la bouteille. Il peut aussi remplacer l’utilisation d’une carafe lors d’un manque de temps avant le service ou lorsqu’une deuxième bouteille s’amène durant le repas. Il est pratique en voyage, en plein air ou au restaurant ! L’aérateur n’est surtout pas un produit miracle qui améliore le goût du vin. Et surtout, en aucun cas, l’aérateur ne fait « vieillir le vin » ! D’où l’importance d’une petite visite en boutique spécialisée si l’achat d’un aérateur vous intéresse.

Donc, est-ce que la carafe est de meilleur usage qu’un aérateur ?

Je ne crois pas, car autant l’un que l’autre oxygène bien le vin. Si je remue mon verre de façon circulaire (ce que l’on appelle « briser le disque »), j’aère également le vin, mais de façon moindre qu’en passant le vin en carafe ou dans l’aérateur.

Est-ce que le fait d’aérer un vin réduit le soufre ?

Distribution Vinearius a mandaté Les Laboratoires Maska de Saint-Hyacinthe pour effectuer des tests d’analyses chimiques avec le fameux aérateur Décantus. Les résultats ont été très convaincants, car la moyenne de réduction de sulfites libres sur les neuf vins testés était de 56 %.

J’affectionne cependant beaucoup la carafe, car on garde un bon contrôle sur le temps d’aération et surtout, sur la température du vin. On peut la mettre par terre sur la céramique, au frigo, sur la galerie, et ainsi mieux contrôler les températures de service. Il existe même des carafes avec des insertions telles qu’un bâtonnet que l’on range au congélateur et qui s’installe à l’intérieur de la carafe pour rafraîchir le vin !

Alors, n’ayez pas peur de « dégourdir » vos blancs et vos rouges, surtout ceux qui sont jeunes, fougueux et pimpants, pour bien leur rendre honneur. Méfiez-vous par contre des vins un peu plus évolués (les vins plus âgés), car ils sont plus fragiles et si vous les brusquez en les mettant en carafe, ils pourront devenir assez timides et bien peu bavards au nez...

Pour l’achat d’un aérateur, je vous recommande Vinturi, Décantus ou le bec verseur Nuance. En ce qui concerne la carafe, on croit souvent à tort que c’est très dispendieux, mais en fouillant, vous trouverez une carafe efficace pour une vingtaine de dollars.

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X