PUBLICITÉ

Begoña, Vega Sicilia, Espana

7 mai 2015 - Par Jean Chouzenoux

Ne vous ai-je pas déjà dit que l’une des vertus du vin était le partage ? Combien de fois vous ai-je entretenu à propos de convivialité, de communion entre les gens et de découvertes de régions magnifiques ? Tels sont les doux « effets secondaires » liés à ce dur labeur de chroniqueur sur le vin ! Et voilà que mon dernier malaise, je le dois à une madone au joli nom de Begoña, en l’honneur de la Vierge de Begoña, patronne de la ville de Bilbao, en Espagne.

À ne pas confondre avec le nom de la fleur à la même phonétique. Quoi qu’il en soit, notre « Begonia » a pris racine au nord de l’Espagne, dans la région de Ribera Del Duero. Elle a déployé ses compétences d’œnologue au sein de l’une des plus prestigieuses maisons viticoles ibériques, le Domaine Vega Sicilia.

Begoña Jovellar Pardo, je l’ai rencontrée aux « Oscar » du vin que sont les Vinalies de Paris. Nous faisions tous deux partie du jury, lors de la récente édition tenue en mars dernier, et j’ai pu découvrir la passion de cette femme, à la fois modeste et discrète, entièrement dévouée à sa profession. Lors de ce concours, plus de 3 500 produits sont soumis au palais d’une soixantaine de jurés œnologues, auteurs ou journalistes spécialisés. Finalement, on décerne des médailles d’or et d’argent aux vins les plus méritants.

Le parcours professionnel

Diplômée d’œnologie à l’Université de Valladolid, Begoña a acquis des compétences particulières sur les cépages indigènes espagnols et, forte de cette expérience, en 1997, elle a fait une entrée remarquée chez Vega Sicilia, la marque iconique de l’Espagne, propriété de la famille Alvarez. Cette grande famille du vin possède trois autres domaines viticoles en Espagne, un autre en Hongrie, où sont produits d’excellents tokajs, et elle planche actuellement sur un projet d’expansion dans la région de Rioja, au nord-est de l’Espagne.

Begoña collabore à l’élaboration des vins de toutes ces propriétés. Sa patte experte lui permet d’élaborer des vins racés, d’une puissance subtile et délicate, dotés d’un bouquet remarquable et bâtis pour vieillir durant des décennies. Sous son impulsion, le cru de Vega Sicilia a multiplié les honneurs, particulièrement lors d’une compétition tenue à Jérusalem en 2011, où il a supplanté son concurrent américain, Opus One. Je comprends son regard ahuri quand je lui ai demandé ce qu’elle faisait comme autres activités… et je l’entends encore me répondre, avec son charmant accent espagnol : « Mais Jean, où voulez-vous que je trouve du temps entre la tournée des propriétés, les concours internationaux, mon rôle de vice-présidente de l’Association des vins de Castille et ma famille ? Alors, tout ce que j’ai le temps de faire, c’est une marche de temps en temps avec mes amies. »

Les vignes de Vega Sicilia en Espagne

La Bodega Vega Sicilia

Le Duero doit son nom au fleuve du même nom, qui irrigue généreusement la région et le vignoble. Plusieurs théories tentent d’expliquer l’origine du nom de l’appellation du Domaine. La plus crédible veut qu’à sa création, l’exploitation portait le nom de ses fondateurs : la famille Cecilia. C’est au fil du temps et des diverses transformations langagières (encore la phonétique !) que la mutation s’est opérée et que le nom a lentement glissé vers Vega Sicilia. On dit aussi qu’il y avait une statue de sainte Cécile sur le Domaine, qui a pu laisser son nom en héritage (encore une sainte !).

Le véritable essor du vignoble, on le doit cependant à la famille Alvarez, qui a acquis la propriété en 1982. Elle lui a donné ses lettres de noblesse, en hissant le niveau qualitatif vers les plus hauts sommets. Cela est avant tout passé par la modernisation des équipements, l’embauche de personnes compétentes et passionnées, l’utilisation de cépages locaux dont, bien sûr, le tempranillo, et l’ajout de cépages bordelais judicieusement sélectionnés. Ainsi, les 18 000 plants de cabernet-sauvignon, de malbec et de merlot se sont lentement adaptés à leur terroir d’adoption avant d’entrer dans la composition du grand vin. Mais la merveille des merveilles, c’est la Cuvée Unico, produite uniquement lors d’années d’exception, c’est-à-dire quand les conditions climatiques ont été optimales, procurant un mûrissement parfait des raisins. Le vin ainsi produit vieillira six ans en fût de chêne avant d’être mis en bouteille, où il sommeillera quatre autres années avant la commercialisation. Il se passe donc une dizaine d’années entre le moment de la vendange et la mise en vente. Bien sûr, un tel élevage fait en sorte que Vega Sicilia Unico est le vin le plus renommé et le plus cher d’Espagne. Eh oui, on en trouve parfois au Québec… à 400 dollars le flacon !

 

L’un des vins vedettes du Domaine Vega Sicilia :
Alion Ribera del Duero 2011
90,50 $ | 12481121

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X