PUBLICITÉ

Angelina Jolie : La plus belle femme au monde a un prénom bien québécois

3 mars 2015 - Par Jacques Noël

En 2009, les lectrices du Vanity Fair ont sacré Angelina Jolie « plus belle femme au monde », loin devant Gisele Bündchen et Halle Berry. Jolie est plus qu’une beauté à couper le souffle ; elle est la reine d’Hollywood. L’actrice la mieux payée (33 millions de dollars en 2012), la plus connue mondialement, la plus suivie et surtout, la plus poursuivie par les paparazzis.

 Sa double mastectomie a causé un tremblement de terre sur la planète Hollywood, suscitant un mélange d’horreur et d’admiration, alimentant un immense débat sur les limites de la médecine préventive. Ambassadrice de bonne volonté du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, l’actrice aux yeux qui font fondre défend avec passion la cause des apatrides. De ses nombreux voyages hautement médiatisés à travers les camps de réfugiés, elle a ramené trois enfants adoptés dans des pays en guerre.

Son engagement humanitaire lui a valu, en 2014, le « Jean Hersholt Humanitarian Award », un Oscar honorifique. En recevant son trophée, elle a évoqué, avec beaucoup d’émotion, le souvenir de sa mère, Marcheline Bertrand (1950-2007), décédée après un combat de huit ans contre un cancer des ovaires. « Elle s’appelait Marcheline, mais on l’appelait en blaguant Marshmallow tellement elle était la plus douce, la plus gentille femme au monde. Elle m’a donné beaucoup d’amour et de confiance en moi, mais surtout, elle m’a clairement rappelé que rien n’avait de sens si ma vie ne pouvait pas être utile aux autres. »

Angelina est francophile au point d’avoir accouché de ses jumeaux à Nice en 2008. 

Angelina est francophile au point d’avoir accouché de ses jumeaux à Nice en 2008. Elle possède un château en Provence - une « cabane » de 45 millions d’euros ! - et ses enfants, qui vont à l’école française, parlent tous la langue de Molière couramment. Quant à la maman, elle dit la comprendre. Avec son mari, Brad Pitt, Angelina Jolie forme l’un des couples les plus en vue au monde. Ce qui est moins connu, c’est qu’elle tient son célèbre prénom de son arrière-grand-mère québécoise, Angélina Leduc, originaire de Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Fiche d'immigration d'Angelina Leduc.

Les Bertrand et les Leduc d’Amérique

Née Angelina Voight, la vedette a vu le jour sur les collines dorées de Beverly Hills, le 4 juin 1975. Enfant de la balle, elle est la fille de Jon Voight, qui a joué dans Midnight Cowboy aux côtés de Dustin Hoffman, et de Marcheline Bertrand (1950-2007), une Franco-Américaine, née en Illinois, qui a été l’agente d’Angelina.

Ce qui est moins connu, c’est qu’Angelina Jolie tient son célèbre prénom de son arrière-grand-mère québécoise, Angélina Leduc, originaire de Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Marcheline était la fille de Rolland Bertrand (1923-1985). Le père de Rolland, Georges Bertrand (1889-1962), a épousé, en 1912, à l’église Saint-Joseph de Bradley (Kankakee County, Illinois), Marie-Louise Angélina Leduc, née le 13 décembre 1894, à Sainte-Anne-de-la-Pérade. Comme elle est morte en 1981, Angelina a donc connu son arrière-grand-mère québécoise.

Au recensement de 1911, les Leduc habitaient toujours le pays du poulamon. Ceux-ci habitaient Sainte-Anne-de-la-Pérade depuis cinq générations quand Angélina est partie pour l’Illinois. Angélina a 16 ans ; elle a donc été entièrement scolarisée au Québec. Le 6 septembre 1911, elle entre aux États-Unis via Port Huron (Michigan), situé en face de Sarnia en Ontario. La fiche d’immigration dit qu’elle est une domestique et qu’elle va rejoindre son frère. La « p’tite Leduc » semble avoir triché un peu sur son âge, puisque la fiche indique qu’elle a 18 ans (c’était moins difficile de franchir les douanes américaines à l’époque...).

Léon Bertrand (1823-1893), le grand-père de Georges (Angelina Jolie a appelé son dernier fils, né en France, Leon), avait émigré à Kankakee 60 ans plus tôt avec son frère Eusèbe. Ils ont remonté les Grands Lacs en bateau, jusqu’à Chicago. Aglaé Perreault, la femme de Léon, est venue les rejoindre plus tard avec les six enfants (le couple en aura 17 !).

Les Bertrand ont abouti dans la vaste prairie, à 100 km au sud de Chicago, dans le fief francophone de Kankakee, où il fallait trimer dur, 15 heures par jour, pour survivre et nourrir la marmaille. La prairie comptait de nombreux marais et marécages, infestés de germes et de miasmes. Les hivers étaient rudes, le vent et le blizzard soufflant sans obstacle sur la modeste cabane des Bertrand. Après cinq ans de durs labeurs, c’est la catastrophe : Léon apprend que la terre sur laquelle il survit ne lui appartient pas. Il devra tout recommencer à zéro. Épuisé, Eusèbe rentre au Québec, à Saint-Jacques-de-Montcalm (rappelons qu’un tiers des Québécois qui ont émigré aux États-Unis nous sont revenus), mais Léon et sa famille sont restés. Sinon, on n’aurait pas d’Angelina Jolie.

La famille habitait l’Assomption depuis quatre générations quand Léon est parti pour l’Illinois. L’ancêtre, Jean Bertrand (1652-1709), venait de Saintonge. Il a épousé Marguerite Tessier, une fille de Charlesbourg, âgée de 16 ans à peine. La famille a passé près d’un siècle à Québec avant que François (1750-1813) aille s’établir à L’Assomption. François, arrière-grand-père de Léon, est aussi l’arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père de la plus célèbre Bertrand du Québec, notre « Janette nationale », sacrée « femme du siècle » par le Salon de la femme de Montréal, notre Vanity Fair.

Lignée paternelle de Marcheline Bertrand
BERTRAND, Rolland (1923-1985)
GOWENS, Lois June (1928-1973)
Mariés en 1949, Riverdale, Illinois
BERTRAND, Georges (1889-1962)
LEDUC, Angélina (1894-1981)
m. 2 juillet 1912, Bradley, Illinois
BERTRAND, Louis (1850-1916)
MAYETTE, Marie-Virginie-Adelphine
m. 6 janvier 1876, Hercher, Illinois
BERTRAND, Léon (1823-1893)
PERRAULT, Aglae (1823-1876)
m. 23 juillet 1844, Saint-Jacques-de-Montcalm
BERTRAND, Jean-Baptiste (1798-1864)
JETTE, Marguerite
m. 29 octobre 1822, Saint-Jacques-de-Montcalm
BERTRAND, Joseph Marie (1772-1848)
CHAPUT, Judith Marie (1774-1832)
m. 30 juin 1794, Saint-Roch-de-l’Achigan
BERTRAND, François (1750-1813)
LIZOTTE, Marie-Anne (1754-1845)
m. 12 août 1771, L’Assomption
BERTRAND, Jean-François (1720-1797)
MORIGNIER dit LABRIE, Marie-Louise
m. 23 avril 1748, Charlesbourg
BERTRAND, Jean-François (1689-1736)
MEUNIER, Marie-Madeleine (1699-1780)
m. 4 octobre 1719, L’Ancienne-Lorette
BERTRAND, Jean (1652-1709)
TESSIER, Marguerite
m. 10 septembre 1685, Charlesbourg

 

Lignée paternelle d’Angélina Leduc
LEDUC, Joseph-Uldéric (1856-)
DEVAULT, Clarinthe (1858-)
m. 5 novembre 1878, Sainte-Anne-de-la-Pérade
LEDUC, Pierre (1805-)
TESSIER, Firmine (1815-1897)
m. 9 juillet 1844, Sainte-Anne-de-la-Pérade
LEDUC, Pierre (1780-1847)
DEVAULT, Marie-Victoire
m. 17 janvier 1804, Sainte-Anne-de-la-Pérade
LEDUC, Pierre (1750-1832)
BIQUET, Marie-Josephte
m. 26 janvier 1778, Sainte-Anne-de-la-Pérade
LEDUC, Alexis-Baptiste (1712-1761)
VALLÉE, Dorothée (1717-1774)
m. 26 juin 1738, Sainte-Anne-de-la-Pérade
LEDUC, Jean-Baptiste (1678-1719)
GAUDRY , Angélique
m. 9 novembre 1705, Sainte-Foy
LEDUC, Antoine
FAUCHEUX, Jeanne (1655-1721)
m. vers 1671, Québec

 

Autres articles dans cette édition

PUBLICITÉ
X