PUBLICITÉ

20e de PRESTIGE - Rétrospective 2000

2 mai 2016 - Par Marie-Josée Turcotte

Le (faux) bogue de l’an 2000

Le fameux bogue tant appréhendé de l’an 2000 ne s’est finalement pas produit. Les craintes au sujet d’un passage chaotique des ordinateurs de 1999 à 2000 se sont avérées peu fondées.


Dans le monde politique

En mars 2000, la Ville de Québec rend publique sa proposition Deux villes, une communauté, souhaitant la création de deux grandes villes dans la région de Québec, l'une sur la rive nord, l'autre sur la rive sud. Le 2 octobre, le Rapport Lapointe recommande de regrouper en une seule grande ville les 13 villes de la Communauté urbaine de Québec. Il y aura donc des fusions forcées. De nombreux citoyens s'y opposent. Le 26 novembre, 5 000 personnes manifestent devant l'hôtel du Parlement. Le 20 décembre, l'Assemblée nationale adopte la loi créant la nouvelle grande ville de Québec qui prendra forme le 1er janvier 2002. 

Les fusions se préparent… - Photo : Collection Jean-Marie Lebel


En politique fédérale, le Parti libéral du Canada devient un gouvernement majoritaire en novembre. Jean Chrétien est réélu pour un troisième mandat en tant que premier ministre. Au Québec, les électeurs font élire 38 bloquistes… et 36 libéraux. Gilles Duceppe est à la tête du Bloc depuis 1997. Enfin, Pierre-Eliott Trudeau, le père de Justin, rend l’âme en septembre 2000 à l’âge de 80 ans.

Jean Chrétien - Source : Wikipédia | Photo : Michael Ignatieff


Les tristes départs de 2000…

En mai, le chanteur-compositeur des Colocs, André « Dédé » Fortin, s’enlève la vie, créant une onde de choc dans la population. À la fin du même mois, l’ancien joueur de hockey vedette Maurice Richard a droit à des funérailles nationales.

André Fortin

Maurice Richard


Dans le monde culturel

En janvier, quatre nouveaux canaux de télévision sont créés : Ztélé, Historia, Séries+ et Évasion. À Québec, le Musée du Québec se dote d'une salle permanente consacrée à Jean-Paul Riopelle, un des plus grands artistes du Québec du XXe siècle, et on rit bleu à la place D'Youville lors du premier Grand Rire ; produit par Sylvain Parent-Bédard, le Grand Rire deviendra le populaire festival d'humour de Québec, aujourd’hui connu sous l’appellation ComediHa !

Jean-Paul Riopelle - Source : canadaswalkoffame.com


Quoi de neuf à Québec ?

L'année 2000 est celle de la démolition du toit du Mail Centre-Ville. En effet, depuis un quart de siècle, un toit recouvrait une bonne partie de la rue Saint-Joseph. Le Mail Saint-Roch avait été inauguré en 1974 par l'administration du maire Gilles Lamontagne, qui voulait assurer la survie de cette rue commerciale, où les grands magasins Paquet, Syndicat et Pollack avaient encore pignon sur rue. Cependant, le Mail Centre-Ville, comme on l'avait rebaptisé, avait mal vieilli. L'administration L'Allier fait donc démolir le toit entre les rues de la Couronne et du Pont. Ces travaux permettent de retrouver les belles façades des édifices et d'attirer de nouveaux commerces. En 2000, le studio de développement de jeux vidéo fondé par Dominique Brown, Beenox, est créé. À la Haute-Ville, la physionomie de la place D'Youville se transforme, pour sa part, avec l’ouverture de l'hôtel Palace Royal en décembre.

La rue Saint-Joseph retrouve son panache.

Hôtel Palace Royal


L'organisme Québec Cité de l'optique voit le jour. La région de Québec s'impose de plus en plus dans les domaines de la recherche scientifique et de la haute technologie. L'Institut national d'optique (INO) y a été fondé en 1985 et la fibre optique fut à l'origine de plusieurs entreprises. Le Parc technologique du Québec métropolitain prend forme depuis 1988. Des entreprises biopharmaceutiques s'y sont établies.

L’Institut national d’optique est le centre nerveux de l’organisme Québec Cité de l’optique.


En 1999, on assiste à l'éclosion de power centres, ou mégacentres, ceux-ci étant constitués d'un
regroupement de grands édifices commerciaux encadrés de grands stationnements. Au mégacentre de Sainte-Foy, on inaugure des mégacomplexes cinématographiques, les Cineplex Odéon et StarCité (ce dernier fermera ses portes en 2007). Le centre-ville ayant perdu toutes ses salles de cinéma ou presque, aller au cinéma devient une aventure...

 

Les mégacomplexes cinématographiques ouvrent leurs portes.


Les deux transactions de l’année

En octobre 2000, le Château Frontenac change de mains : le Canadien Pacifique vend l’hôtel à la fiducie de placements immobiliers Legacy pour la somme de 185 millions de dollars. En 2007, il sera racheté par Ivanhoé Cambridge. Enfin, en novembre, le journal Le Soleil rejoint la famille de Power Corporation et passe aux mains du groupe Gesca jusqu’en 2015, où il sera vendu au Groupe Capitales Médias.


La vie et les gens de Québec en 2000
Vous souvenez-vous à quoi ressemblait la maison Expo habitat en l’an 2000 ? D’une valeur de plus de 700 000 $, elle avait été dessinée par Ljubomir Lukic, consultant en architecture, avec la collaboration de Michel Grimard, architecte, et avait été réalisée par Questco. Toujours située à Saint-Nicolas, dans le prestigieux quartier Roc Pointe, elle est présentement en vente au coût de… 2 250 000 $ !
Esquisse de la maison EXPO habitat 2000
La maison en 2016

 

PUBLICITÉ
X