PUBLICITÉ

20e de PRESTIGE - Rétrospective 1999

2 mai 2016 - Par Marie-Josée Turcotte

Dans le monde du sport

En 1999, la fièvre du football gagne Québec. Assister à un match au stade du PEPS devient un incontournable happening. En novembre, à leur quatrième saison dans le football universitaire canadien, le Rouge et Or de l’Université Laval remporte sa première coupe Vanier en battant 14 à 10 les Huskies de St. Mary’s. Une seule autre équipe du Québec l’avait déjà remportée : les Redmen de McGill en 1987.

Les nouvelles coqueluches de la région de Québec, l’équipe de football Rouge et Or de l’Université Laval.


Le vieux stade municipal, qui avait été le temple des amateurs de baseball au temps des Braves et des Indiens, revit en 1999. Il accueille une nouvelle équipe, immédiatement adoptée par les Québécois : les Capitales de Québec de l'Américain Miles Wolff de la Ligue Northern. Le vieux stade, que l'on avait failli démolir, revient à la mode. Une autre équipe fait aussi ses débuts, mais connaîtra moins de succès : les Citadelles de la Ligue américaine de hockey. Elle a la vie dure, car elle est une filiale des Canadiens de Montréal et ceux-ci sont encore d'irréductibles ennemis à Québec, ayant été les adversaires des Nordiques.

Logo des Citadelles de Québec


Le stade municipal - Source : Wikipédia | Photo : Joël Truchon


Le décollage de l’année

En mai 1999, Julie Payette s'envole vers l'espace avec la navette spatiale Discovery, dans le cadre de la mission STS-96.

Julie Payette dans le module russe Zarya de la station spatiale. Source : Wikipédia | Photo : NASA


Dans l’univers culturel

En juin, une statue en hommage au premier ministre René Lévesque est inaugurée sur les terrains du Parlement. Cette oeuvre grandeur nature du sculpteur et ébéniste québécois Fabien Pagé étonne et déplaît à plusieurs. Elle sera remplacée par un monument plus grand en 2001. Lors du premier gala des prix Jutra, le film Le Violon rouge, réalisé par François Girard, remporte neuf trophées, dont celui du meilleur film.

Inauguration du monument de René Lévesque


Quoi de neuf à Québec ?

Durant l'été, un grand mur d'une maison de place Royale devient une attraction lorsque l'on peint la Fresque des Québécois, une murale qui rend hommage à Québec et à de grands Québécois. Cette ville patrimoniale méritant d'être aussi mise en valeur la nuit, dès 1998, la Commission de la capitale nationale du Québec met sur pied le Plan lumière de la capitale. Des édifices et des sites sont brillamment illuminés, dont la silhouette de l'hôtel le plus photographié du monde, le Château Frontenac, qui s’illumine dans toute sa splendeur dans la nuit du 31 décembre 1999.

La ville continue de s’embellir grâce au Plan lumière de la capitale.


Les jeunes cerveaux sont recherchés dans Saint-Roch. Le gouvernement du Québec instaure dans ce quartier le Centre national des nouvelles technologies de Québec pour favoriser l'établissement d'entreprises des nouvelles technologies de l'informatique et du jeu vidéo. Ce sont les débuts de Saint-Roch Technoculture.

Le quartier Saint-Roch figure encore aujourd’hui comme l’un des endroits les plus branchés en ville. - Photo : Guy Couture


Les moments tristes de 1999...

En juin, une tragédie se produit au Concours hippique de Québec. Le jeune cavalier mexicain Pierro Tazzer, âgé de 13 ans, meurt dans un accident. En son honneur, le Concours hippique instituera la Coupe Pierro-Tazzer. Les magasins Eaton, longtemps la gloire de Timothy Eaton et de Toronto, ferment, dont ceux de Place Ste-Foy et des Galeries de la Capitale. C'est un dernier été pour le Ciné parc Beauport : l'époque de Jerry Lewis et des petits becs à la dérobée est bien révolue. La mort dramatique à Sainte-Foy de l'animateur-journaliste Gaétan Girouard attriste et soulève bien des questions.


La vie et les gens de Québec en 1999
Ce n’est pas d’hier que le pont de Québec fait couler de l’encre. En 1999, la Coalition pour la sauvegarde et la mise en valeur du pont de Québec, présidée par le conseiller municipal Jacques Jobin, lançait le projet d’illumination afin de célébrer le passage vers le prochain millénaire. Il était alors question de positionner judicieusement 252 projecteurs de 1 000 watts chacun afin d’embellir la structure architecturale unique du pont. Comme on s’en souvient, ce projet, livré en 2001, s’est soldé par un échec. Vingt ans plus tard, le pont continue de faire jaser, cette fois-ci pour ses problèmes de corrosion.
Jacques Jobin, à l’époque conseiller municipal sous l’égide du maire L’Allier.
PUBLICITÉ
X