PUBLICITÉ

20e de PRESTIGE - Pharmacie Janine Matte et Louise Petit : L’essence de la pharmacie

2 mai 2016 - Par Gilles Levasseur

« Durant mes stages, quand je voyais des clients repartir avec des médicaments sans ordonnance, choisis dans les allées sans qu’ils aient été conseillés, se souvient la pharmacienne Janine Matte, je m’étais promis de faire les choses différemment. » Depuis l’ouverture d’une première pharmacie à Lac-Etchemin en 1972 en passant par les établissements de l’avenue Cartier, du Samuel-Holland et maintenant une seule adresse à Sainte-Foy, Mme Matte et Louise Petit — recrutée en 1983 et associée depuis 1989 — ont toujours exercé de la pure pharmacie. Ce choix témoigne de l’importance qu’elles accordent au rôle du pharmacien et démontre qu’une telle pratique peut être viable en milieu urbain.

Ne cherchez pas les allées de produits en vente libre à la pharmacie Matte & Petit de l’avenue de Germain-des-Prés. Pour justifier cette approche toujours respectée, Janine Matte explique que parmi les 61 médicaments sans ordonnance les plus vendus dans les pharmacies commerciales, 28 sont dangereux et à proscrire en raison d’un rapport bénéfice/risque défavorable, alors que 20 ne sont pas efficaces quoique sans danger. « Il ne reste que 13 médicaments à privilégier parce qu’ils sont à la fois efficaces et sans risque pour la santé, présentant donc un rapport bénéfice/risque favorable. Bref, ce nombre restreint n’exige pas de grandes allées de produits en vente libre[1]. »

Dominique Lambert, pharmacienne. - Photo : Maryse Cléro-Nobréga


Un service-conseil avant tout

Janine Matte et Louise Petit pratiquent donc l’essence de leur profession dans un décor que leurs clients appellent familièrement « le bureau de pharmacien ». Impossible de s’y procurer quoi que ce soit sans passer par un spécialiste, qui s’informera et prodiguera tous les conseils pertinents. À cet effet, deux salles de consultation sont à la disposition de la clientèle. « Notre objectif premier est de répondre aux questions de tous les clients, explique Louise Petit. Les conseiller, analyser leurs dossiers pharmaceutiques, faire le suivi de leur thérapie, promouvoir le bon usage des médicaments ainsi que la santé sont notre devoir, résume-t-elle. Il s’agit très souvent de patients que nous envoient des médecins spécialistes en nous demandant d’assurer le suivi mensuel de leur état au regard de certaines maladies et de communiquer avec eux si des données ne respectent pas les valeurs attendues. »

Des équipements de pointe

Dans la salle d’attente, une pièce blanche vitrée abrite deux hottes stériles de type microsphères pour la préparation de médicaments à injection intraveineuse, intramusculaire, de solutions ou onguents ophtalmiques, etc. Bien en vue, cette installation de pointe suscite donc beaucoup de questions, ce qui donne l’occasion de démontrer les spécialités en pharmacie et la nécessité d’une formation appropriée et des connaissances exigées. « La préparation de produits stériles exige de hauts standards de qualité afin d’éviter tout risque de complications inutiles, précise Janine Matte. Par conséquent, l’environnement dans lequel ces produits sont préparés, la formation du personnel ainsi que la rigueur des procédures sont prioritaires pour la protection des gens. » La pharmacie compte aussi une salle de sept chaises destinée aux patients à qui on doit administrer les médicaments préparés sous hotte stérile — afin de prévenir toute infection — sous la supervision d’infirmières (dont un infirmier), de médecins de garde et de pharmaciennes. On trouve sur place tout le matériel requis pour traiter une réaction allergique ou d’autres effets secondaires : oxygène, électrocardiogramme, défibrillateur, trousses de médicaments d’urgence et d’extravasation, etc.

Dans la salle d’attente, une pièce blanche vitrée abrite deux hottes stériles de type microsphères pour la préparation, entre autres, de médicaments à injection intraveineuse, intramusculaire, de solutions ou onguents ophtalmiques. - Photo : Maryse Cléro-Nobréga


Clinique Santé-Voyage

Offert depuis près de 26 ans, le volet santé-voyage comprend l’analyse du voyage, l’administration des vaccins requis et la révision du carnet de vaccination, la prescription des médicaments nécessaires ainsi que le contenu des objets et médicaments visant la protection contre les insectes et autres conditions. La pharmacie a également élaboré un mode de consultation pour les parents qui voyagent avec de jeunes enfants.

Dossier Santé Québec

Les pharmaciens ont dorénavant accès aux listes des médicaments ainsi qu’aux résultats des tests de laboratoire à l’aide du Dossier Santé Québec (DSQ). « Parce que cet outil accroît notre capacité d’analyse, il nous est plus facile d’éclairer les gens qui demandent, par exemple, notre avis professionnel sur un médicament et ses effets, explique Janine Matte. Nous analysons le produit et expliquons la situation à partir des résultats des tests tirés du dossier médical. Si un traitement ne donne pas les effets escomptés, nous pouvons suggérer de retourner voir le médecin, recommander des prélèvements sanguins ou un test de laboratoire. » Mme Petit ajoute que le pharmacien devient alors un véritable partenaire en santé, « et c’est le patient qui en bénéficie ».

Assistantes techniques en pharmacie : Sabrina Brown, Patricia Caron, Rachel Lefebvre, Julie Boudreault et Véronique Lord.

Infirmières, infirmier : Nicole Lagueux, Guy Bélanger et Lise Plamondon.

Photos : Marjorie Roy, Optique Photo


Partenaires de la recherche

Finalement, depuis 2005, Janine Matte et Louise Petit collaborent aux études cliniques menées par le Groupe de recherche en rhumatologie et maladies osseuses, dont les locaux se situent dans le même immeuble.

La pharmacie Matte & Petit, de nombreuses années de consultation pharmaceutique pour une utilisation judicieuse des médicaments


RÉTROSPECTIVE des principales étapes

1972

Ouverture de la pharmacie Matte à Lac-Etchemin, circonscription foncière de Dorchester.

1983

Janine Matte recrute Louise Petit, originaire de Saint-Hyacinthe, arrivée à Québec pour un week-end quelques années plus tôt, mais qui est finalement restée ! Durant ses études, elle avait choisi comme cours optionnel la préparation de médicaments stériles, comme quoi les deux femmes avaient des atomes crochus…

1989 

Les deux femmes s’associent et ouvrent la pharmacie Matte & Petit, sur l’avenue Cartier. Au début, elles sont les seules à Québec à posséder une hotte stérile. Elles y auront pignon sur rue pendant près de 25 ans.

2000

Ouverture d’une pharmacie spécialisée dans les soins des personnes âgées au Samuel-Holland en partenariat avec deux pharmaciens, Réjeanne Bouchard et Richard Blais.

2005

Ouverture de la pharmacie de l’avenue de Germain-des-Prés, alors que les pharmaciennes acceptent, à la demande du Dr Jacques Brown, de se joindre au Groupe de recherche en rhumatologie et maladies osseuses qu’il dirige, à Sainte-Foy. Elles préparent les médicaments utilisés dans le cadre d’études cliniques.

Décembre 2013

Vente de la pharmacie de l’avenue Cartier.


[1] Xaillé, A., Journal des Femmes, magazine 144571, 2015-12-03.

À PROPOS de NOS PRÉSENTATRICES DE L’ANNÉE 2006
Les pharmaciennes Janine Matte et Louise Petit ont fait la page couverture de l’édition de novembre 2009, alors qu’elles célébraient le 20e anniversaire de leur ancienne succursale de l’avenue Cartier. Mais c’est en 2006, soit voilà 10 ans, qu’elles ont ouvert leur succursale de l’avenue Saint-Germain-des-Prés. Le succès au féminin !

 

 

PUBLICITÉ

/ CETTE SEMAINE À QUÉBEC

Mercredi 24 octobre 2018
Mercredi 24 octobre 2018
Consultez tous les événements
PUBLICITÉ
X